Passer au contenu principal

Festival de CannesLes 5 nouveaux talents à suivre à Cannes

Une nouvelle génération de cinéastes fait son apparition dès mardi sur la Croisette. Ils viennent de Belgique, du Kenya ou d'Egypte.

Le réalisateur Hirozaku Kore-Eda a reçu la Palme d'Or avec son 'Shoplifters (Manbiki Kazoku)'. (Vendredi 18 mai)
Le réalisateur Hirozaku Kore-Eda a reçu la Palme d'Or avec son 'Shoplifters (Manbiki Kazoku)'. (Vendredi 18 mai)
AFP
Le réalisateur Pawel Pawlikowski (au centre) a reçu le Prix de la mise en scène. (Vendredi 18 mai)
Le réalisateur Pawel Pawlikowski (au centre) a reçu le Prix de la mise en scène. (Vendredi 18 mai)
AFP
(Not in row order) French actress Nadege Beausson-Diagne, French actress and writer Mata Gabin, French actress Maimouna Gueye, French actress Eye Haidara, French writer Rachel Khan, French actress Aissa Maiga, French-Portuguese actress Sara Martins, French-Cameroonian Marie-Philomene Nga, French actress Sabine Pakora, French actress Firmine Richard, French actress and Miss France 2000 Sonia Rolland, French director Magaajyia Silberfeld, French comedian and humorist Shirley Souagnon, French actress Assa Sylla, French actress Karidja Toure and French actress and producer France Zobda, the 16 black women who fight for equality and inclusion of black women in the French film industry dance on May 16, 2018 as they arrive for the screening of the film 'Burning' at the 71st edition of the Cannes Film Festival in Cannes, southern France.  / AFP PHOTO / LOIC VENANCE
(Not in row order) French actress Nadege Beausson-Diagne, French actress and writer Mata Gabin, French actress Maimouna Gueye, French actress Eye Haidara, French writer Rachel Khan, French actress Aissa Maiga, French-Portuguese actress Sara Martins, French-Cameroonian Marie-Philomene Nga, French actress Sabine Pakora, French actress Firmine Richard, French actress and Miss France 2000 Sonia Rolland, French director Magaajyia Silberfeld, French comedian and humorist Shirley Souagnon, French actress Assa Sylla, French actress Karidja Toure and French actress and producer France Zobda, the 16 black women who fight for equality and inclusion of black women in the French film industry dance on May 16, 2018 as they arrive for the screening of the film 'Burning' at the 71st edition of the Cannes Film Festival in Cannes, southern France. / AFP PHOTO / LOIC VENANCE
AFP
1 / 88

Place à une nouvelle génération de cinéastes au Festival de Cannes qui, après avoir soufflé ses 70 bougies l'an dernier, accueille à partir de mardi des noms moins connus. Des espoirs à surveiller venus de Belgique, du Kenya ou d'Egypte.

A.B Shawky, l'espoir du cinéma égyptien

A 32 ans, un premier film («Yomeddine») et déjà une place en compétition, Abou Bakr Shawky (son nom complet) sera le porte-étendard du cinéma égyptien sur la Croisette. Né au Caire, le réalisateur, égyptien par son père et autrichien par sa mère, a débuté comme assistant sur différents films dans la capitale égyptienne, où il a étudié, avant de s'envoler pour New York.

Aujourd'hui scénariste et réalisateur, il a fondé sa maison de production Desert Highway Pictures avec laquelle il a produit «Yomeddine», qui raconte le voyage d'un lépreux à travers l'Egypte. Auteur de documentaires, il a également été consultant pour la série «The Looming Tower» sur le 11 septembre.

Eva Husson, la féministe

Un premier film remarqué sur des jeunes se livrant à des orgies («Bang Gang»), un deuxième sur des combattantes kurdes... Eva Husson, 41 ans, sait manier le grand écart. Mais à chaque fois, la Française, une des trois femmes en lice pour la Palme d'or, porte un regard de femme sur ses sujets.

«La représentation de la femme par la femme au cinéma, c'est un terrain encore peu exploré», expliquait la cinéaste à l'AFP, lors de la sortie de «Bang Gang». «Les filles du soleil» raconte l'offensive militaire d'un bataillon de femmes kurdes, commandé par la sergente Bahar (Golshifteh Farahani).

La réalisatrice a étudié le cinéma à l'American Film Institute (AFI) de Los Angeles, y développant son goût pour les films de Gus Van Sant et de Sofia Coppola.

David Robert Mitchell, le secret du cinéma américain

Il est connu des amateurs de teen movies et de cinéma de genre. La quarantaine, David Robert Mitchell a marqué les esprits avec «It Follows» (2014), sur une ado poursuivie par une présence surnaturelle après une relation sexuelle. Ce film d'horreur efficace et multiprimé en a fait une figure du nouveau cinéma indépendant américain.

Avec «Under the Silver Lake», sélectionné en compétition, David Robert Mitchell, grand fan de David Lynch, Brian de Palma et John Carpenter, abandonne l'horreur mais pas la fantasmagorie: son troisième long-métrage raconte l'histoire d'un trentenaire à Los Angeles, amoureux de sa voisine, qui se lance dans une enquête quand celle-ci disparaît.

Wanuri Kahiu, la militante

En contant l'histoire d'amour de deux femmes dans une région où l'homophobie est croissante, la Kényane Wanuri Kahiu se doutait qu'elle risquait de faire des vagues. Retenu dans la section Un certain regard, «Rafiki», premier film kényan sélectionné à Cannes, fait la fierté de nombreux de ses compatriotes mais est censuré dans son pays. Une décision vertement dénoncée par la réalisatrice trentenaire, soucieuse de montrer une image différente du continent africain via sa plateforme AfroBubblegum,défendant des artistes originaux.

En 2010, elle avait été remarquée avec «Pumzi», son premier court-métrage. Cette fable de science-fiction explorait un Kenya post-apocalyptique et fut présenté au festival de cinéma indépendant de Sundance.

Lukas Dhont, le benjamin

Lunettes rondes et physique à la Harry Potter, le jeune Belge Lukas Dhont (né en 1991) est d'ores et déjà présenté comme une des attractions cannoises de 2018 avec «Girl», son premier long métrage sur Lara, une ballerine qui rêve de devenir danseuse étoile mais est en fait un garçon (Un Certain regard).

Diplômé de l'académie d'art de Gand, Lukas Dhont s'est fait remarquer grâce à ses court métrages «Corps perdu» (2012) et «L'Infini» (2014) et des clips musicaux. Le Flamand était déjà venu à Cannes pour présenter le projet qui a donné naissance à «Girl», dans le cadre d'une résidence Cinéfondation.

AFP

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.