Au TKM, la guerre de Troie a toujours lieu grâce à Michel Voïta

CritiqueAvec «L’Iliade, le choix d’Achille», le comédien et metteur en scène ravive la violence homérique et la flamme de la parole

Dans un décor stylisé, L’Iliade de Voïta vit par le verbe.

Dans un décor stylisé, L’Iliade de Voïta vit par le verbe. Image: MARIO DEL CURTO

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Tel Ulysse avant un long voyage… L’Odyssée parle encore et toujours aux oreilles éprises d’aventures mais qu’en est-il de L’Iliade, récit sanglant de la guerre de Troie? L’épisode mythique plane dans les consciences, le cinéma s’en empare parfois sur le mode du péplum, mais de là à tenter l’adaptation scénique…

Le comédien Michel Voïta l’a fait, enfilant non seulement le costume du metteur en scène, mais cosignant également, avec Domenico Carli, le texte L’Iliade, le choix d’Achille (Éd. d’En Bas), qui permet de contracter l’épopée en moins de deux heures sur les planches du TKM.

Dans la cible d'Achille

L’écriture, la parole en l’occurrence, est au centre du dispositif retenu. La scénographie, simple et stylisée, profitant de moments symboliques – la boule de démolition se balançant d’un camp à l’autre –, souligne visuellement un déroulé narratif souvent choral ou polyphonique, au fil duquel les acteurs jouent à tour de rôle différents héros, d’Ulysse à à Hector, en passant bien entendu par Achille, figure pivotale de la notion de destin et de liberté, de mort et de gloire.

Le débit, sa vivacité, son rythme, sur la partition d’une langue élégante, plus fouillée que le décor, devient un élément clé du spectacle que les sept comédiens maîtrisaient déjà avec assurance, mardi lors de la première.

Cette version lance quelques flèches d’actualité et d’humour pour se distancier de l’antique, mais surtout pour se rapprocher, sans insistance pesante, de l’universelle atrocité du meurtre de masse que représente la guerre. Dans cette mise en scène qui porte l’accent sur une histoire en train de se raconter, les héros perdent en majesté, mais l’humanité du récit gagne en palpitations.

Créé: 02.03.2018, 14h00

Le spectacle

Renens, TKM
Jusqu’au di 18 mars
Rens.: 021 625 84 29
www.tkm.ch

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.