Claude Barras: «Un Oscar? Dans ma tête, c'est impossible»

SuisseLorsque le réalisateur a inventé le personnage de Courgette, il n'aurait jamais pensé que le destin de ce petit orphelin le mènerait à Hollywood.

Claude Barras devant les personnages qu'il a lui-même inventés.

Claude Barras devant les personnages qu'il a lui-même inventés. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Claude Barras, assis au café de l'Hôtel Greulich à Zurich, tire avec précaution une petite poupée de sa boîte, dotée d'une tête surdimensionnée et de cheveux bleus. Dans un deuxième carton, il choisit une bouche puis fixe son personnage: aujourd'hui, le petit garçon sourit.

Le Valaisan affiche aussi le sourire malgré la fatigue. Il vient de rentrer de la cérémonie des «Nominees Luncheon» à Los Angeles, une rencontre traditionnelle à laquelle sont conviés tous les sélectionnés aux Oscars, explique-t-il dans un entretien. Il n'est que de passage en Suisse, puisqu'il repart le 25 février direction Hollywood pour assister à la cérémonie des Oscars.

Son premier long métrage «Ma vie de Courgette» figure dans la catégorie Meilleur film d'animation. Mais pour le Valaisan de 44 ans, qui a choisi dans un deuxième temps de devenir réalisateur de films d'animation, cette aventure a toujours quelque chose d'étrange.

Une dynamique folle

Le succès de «Ma vie de Courgette» a deux facettes, à la fois lumineuse et sombre. «C'est génial que le film suscite tant d'intérêt. Mais pour moi, c'est aussi devenu difficile: depuis que le film a été reçu à Cannes dans la section Quinzaine des réalisateurs en mai dernier, ma vie privée est devenue quelque peu chaotique.»

Avant Cannes, le film était pensé pour un public d'enfants. Mais après la Première, les adultes se sont précipités pour le voir. «Une dynamique s'est ainsi développée», raconte ce natif de Sion. Par la suite, le long métrage a reçu d'innombrables récompenses, des invitations à des festivals et la nomination aux Oscars.

Claude Barras ne croit cependant pas à un succès à L.A. Il le dit sobrement et sans coquetterie. «Gagner un Oscar, c'est impossible dans ma tête». Décrocher une nomination lui paraissait, par contre, possible.

Pour lui, la chance n'est pas de son côté, car le film ne démarre aux Etats-Unis que quelques jours avant la nuit des Oscars. Les membres de l'Academy qui vont devoir départager les concurrents ne l'ont ainsi pas visionné. Le Valaisan s'attend plutôt à une victoire de Zootopia, des studios Walt Disney. Mais il se laisse volontiers surprendre.

Hommage aux enfants maltraités

Le Suisse a travaillé durant plus de deux ans sur l'aventure de Courgette et ses amis avec une équipe de 100 personnes à ses côtés. Mais le réalisateur avait depuis longtemps cette idée de film sur un jeune garçon ayant perdu sa mère et qui retrouve un foyer plein de vie.

Il avait lu le récit de Gilles Paris «Autobiographie d'une courgette» et voulait rendre hommage aux enfants maltraités. Il a ainsi travaillé trois mois dans un centre spécialisé à Genève. «Les enfants rencontrés et leurs histoires m'ont inspiré pour mes personnages», explique-t-il.

Pour Claude Barras, le succès du film auprès du public tient à plusieurs raisons: sans doute la thématique assez sombre, mais aussi les émotions exprimées, sans parler de la qualité des poupées fabriquées. L'histoire d'une petite heure séduit aussi grâce à ses personnages féminins qui occupent tous des positions-clés.

Toute une équipe derrière le film

Derrière le film qui a déjà attiré 120'000 spectateurs en Suisse romande, il y a toute une équipe qui n'a pas compté ses heures dans ce projet. Rien que pour eux, il importe à Claude Barras de répondre présent au battage médiatique.

Et ce n'est pas fini. Peu avant la nuit des Césars, le réalisateur se rend à Paris où les Césars du cinéma seront décernés. Son film est également en lice dans cette compétition pour trois catégories. Sitôt après la cérémonie des Oscars, le Valaisan sautera dans l'avion pour la Chine afin d'y faire la promotion de son film. Pour le plus grand plaisir de Courgette et de tous les enfants négligés. (ats/nxp)

Créé: 19.02.2017, 10h52

Articles en relation

«Courgette» bredouille après les Annie Awards

Cinéma Le film du Valaisan Claude Barras, nominé dans trois catégories, n'a finalement pas obtenu de récompense. Plus...

«Courgette» et Kacey Mottet Klein nominés

César 2017 On en sait davantage sur les nominés pour les César 2017, qui seront remis le 24 février lors de la 42ème édition. Plus...

«Ma vie de courgette» nominé aux oscars 2017

Cinéma Le film du Valaisan Claude Barras a été choisi dans la catégorie des meilleurs films d'animation. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.