Le Quatuor Aviv va gravir sur scène l’intégrale de Beethoven. Un événement

ClassiqueLa formation établie en Suisse romande propose les seize «Quatuors» et la «Grande Fugue» en six étapes. Immanquable!

Le Quatuor Aviv entame son cycle de concerts le 6 novembre.

Le Quatuor Aviv entame son cycle de concerts le 6 novembre. Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Pour retrouver les traces d’une histoire de cette envergure, il faudrait remonter d’un quart de siècles dans les annales de Genève. On croiserait alors les marques d’un événement musical qui a pris forme au sein d’un foyer du Grand Théâtre mué à l’époque en salle de concert pour accueillir entre ses dorures et ses stucs le Quatuor Alban Berg. Au programme, la formation autrichienne avait alors placé cette chaîne de hauts piques que forment les «Quatuors» de Beethoven. À savoir seize pièces exigeantes et parfois intimidantes, abordées en succession relativement rapide, auxquelles s’était ajoutée aussi la «Grande Fugue op. 133».

Aujourd’hui, cette longue plongée, à laquelle on goûte une fois dans sa vie, s’offre aux mélomanes et aux curieux sous une nouvelle forme, à travers six concerts qui se déploieront au Studio Ernest Ansermet, sept mois durant, depuis novembre et jusqu’à la fin du mois de juin prochain. On doit cette proposition d’intégrale aux talentueux musiciens du Quatuor Aviv, jeunes artistes dont les prestations sont saluées partout dans les grandes salles d’Europe et d’ailleurs, et qui, comme cela se produit souvent, n’ont pas connu l’attention escomptée sous nos latitudes, où leurs liens sont pourtant solides.

Il y a mille raisons pour ne pas manquer la série de rendez-vous avec ce Beethoven intimiste. La principale? Elle est dans la manière dont sont agencées les pièces de chaque concert. «Nous avons renoncé à une approche d’ordre chronologique, en suivant les dates de leur conception, note Noémie Bialobroda, altiste de la formation et professeure d’alto aux Conservatoires de musique de Genève et de Lausanne. À la place, nous avons préféré convoquer à chaque fois une œuvre de ses débuts, celles marquées par l’empreinte classiciste, et d’y ajouter une autre, représentative de la période médiane, puis de conclure avec une des œuvres tardives, visionnaires et intimes. Je crois que cette dramaturgie permet d’offrir à chaque fois au public un regard panoramique sur le cheminement du compositeur.»

Le Quatuor Aviv, dont trois membres sont aussi enseignants, a voulu accompagner tous les concerts par une introduction aux pièces mises à l’affiche. Ainsi, les dimanches précédant les concerts, on pourra se familiariser avec le programme à venir, sur un mode agile et informel, en présence des musiciens.

Ce long voyage musical marquera aussi la saison de l’agence Crescendo et de son président, André Piguet, qui poursuit là sa mission de valorisation des grands talents évoluant dans la région.

Quatuor Aviv, intégrale des «Quatuors à cordes» de Beethoven, Studio Ernest Ansermet, 6 nov., 11 déc., 5 fév., 5 mars, 14 mai et 25 juin. Rens. www.agence-crescendo.ch (24 heures)

Créé: 05.11.2018, 13h18

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.