Les métiers d’art ont leur association suisse, pour mieux les mettre en valeur

PatrimoineUn groupe intercantonal s'est crée afin de défendre, valoriser et encourager ces professions méconnues.

Les Journées des métiers d'art, ici, au Muséum de Genève, rencontrent un grand succès.

Les Journées des métiers d'art, ici, au Muséum de Genève, rencontrent un grand succès. Image: Pierre Abensur

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Leur succès ne se dément pas au cours des années. Bien au contraire. Les Journées des métiers d’art, qui permettent au public de découvrir les professionnels œuvrant dans les coulisses de la culture et du patrimoine, attirent toujours plus de monde. A Genève, qui a initié cet événement au niveau suisse en 2012 en suivant l’exemple de la France. Mais aussi dans les autres cantons qui se sont joints au mouvement, Vaud, Jura et Neuchâtel. «Il s’agit d’un projet qui recueille l’adhésion de tout le monde, artisans, visiteurs et autorités politiques», glisse Anne-Catherine Lyon, cheffe du Département de la formation, jeunesse et culture du canton de Vaud.

L’idée est donc née de fédérer toutes ces énergies en créant l’Association suisse des métiers d’art. Elle permettra de coordonner l’organisation des Journées des métiers d’art, mais aussi de défendre, valoriser et encourager ces métiers par des projets divers, comme un répertoire des métiers d’art suisses ou la remise de prix. «Il s’agit de montrer que la problématique va au-delà des frontières cantonales», explique Sami Kanaan, en charge de la culture à la Ville de Genève.

Et les enjeux se révèlent multiples, comme l’ont relevé les magistrats concernés hier. Anne Emery-Torracinta, en charge du Département de l’instruction publique et de la culture à l’État de Genève, a souligné la nécessité de faire connaître ces métiers auprès des jeunes, et de transmettre ces savoir-faire. Martial Courtet, responsable de la culture et la formation du canton du Jura, a rappelé que les artisans d’art, véritables entrepreneurs, s’ancrent dans l’économie locale. Et Pascal Broulis, chef du Département des finances vaudois, a relevé l’importance de mettre en avant et préserver ce patrimoine immatériel.

D’autres cantons sont d’ores et déjà intéressés à rejoindre le groupement. Peut-être viendront-ils même de l’autre côté de la Sarine, histoire que l’association mérite son nom de suisse!

Créé: 27.05.2016, 20h53

Articles en relation

Derrière «Falstaff», les arts cachés des coulisses

Arts et scènes Des corps de métiers s’activent pour donner vie à la nouvelle production du Grand Théâtre. Immersion. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 8

Paru le 26 février 2020
(Image: Bénédicte) Plus...