Les racines yéniches des Eicher sur grand écran

MusiqueLe film «Yéniche Sounds» sort ce mercredi sur les écrans romands. Il revient sur l'apport des Yéniches dans la musique traditionnelle suisse.

Sephan Eicher a toujours revendiqué une influence yéniche. Et pour cause...


Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Le documentaire «Yéniche Sounds» a fait un carton en Suisse alémanique et il sort ce mercredi en Suisse romande. Il raconte comment la famille Eicher et son membre le plus éminent Sephan ont redécouvert des racines yéniches soigneusement dissimulées, explique la RSR.

Le film, qui met en scène Erich Eicher, avocat à Berne et frère de Stephan Eicher, revient sur le destin de l'arrière-grand-mère, qui, enfant, avait été retirée à sa famille pour être placée en institution et dont les traces yéniches ont été soigneusement gommées. Un parcours qu'Erich a découvert en feuilletant des livres à la Bibliothèque nationale à Berne.

On n'aimait pas trop en parler en famille

«On n'était pas sûr. J'ai demandé à mon grand-père mais il était toujours un peu fâché parce que j'osais poser ces questions. Mon père en rigolait mais c'était toujours comme un nuage: sommes-nous des Yéniches ou non?», raconte le frère de Stephan Eicher. En effet, dans la famille, on n'aimait pas trop en parler.

Le musicien a su jouer de cette fibre dans sa musique. «C'est bien d'être Yéniche si on est musicien, je ne sais pas si ça l'est comme être humain...», tempère toutefois l'avocat.

A la base de plusieurs tubes

De nombreux descendants de Yéniches en Suisse refusent d'assumer leurs racines, de peur des placements en institution. Mais ces semi-nomades qui refusent d'être considérés comme des Roms ont eu une influence décisive au niveau de la musique folklorique suisse.

Ils jouent sans note et n'ont donc laissé aucune trace écrite. D'autres musiciens ont donc pu puiser dans ce répertoire sans risquer de se mettre à dos une communauté. C'est ainsi que plusieurs tubes de la musique populaire alémanique ont des racines yéniches très marquées.

«Grüezi wohl Frau Stirnimaa», le titre des Minstrels en 1969, est ainsi tiré d'une ancienne mélodie yéniche.

Aussi une musique traditionnelle

Outre-Sarine surtout, il ne fallait pas trop revendiquer ce genre d'identité. « En Suisse allemande on a poursuivi les Yéniches, on ne peut pas dire que la musique traditionnelle provient des Yéniches», a rappelé Caroline Arn, co-réalisatrice du film. On a pris les enfants de ce peuple ainsi que sa musique, mais pour cette dernière, on n'en a rien dit, a-t-elle ajouté.

La pratique de placer les enfants yéniches n'existe plus en Suisse mais ce film compte bien faire tomber les préjugés. «J'espère que les musiciens traditionnels schwytzois reconnaîtront la musique yéniche comme étant traditionnelle en Suisse», espère Erich Eicher.

(nxp)

Créé: 19.07.2017, 09h11

Articles en relation

Les Yéniches peuvent rester plus longtemps à Nidau

Berne La communauté Yéniche, établie depuis plusieurs jours sur l'ancien site d'Expo.02, peut encore rester une semaine sur place. Un accord a été trouvé avec les autorités locales. Plus...

Eicher sur les traces de ses ancêtres yéniches

Festival du Film de Soleure Le chanteur suisse est la star d'un documentaire qui retrace ses liens avec la musique «tzigane». Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 4

«Christian Constantin dérape une fois de trop», paru le 23 septembre 2017.
(Image: Valott) Plus...