Mireille Kuttel a défendu la cause des femmes et des immigrés

Carnet noirJournaliste et écrivain, la femme de lettres vaudoise née à Renens s’en est allée, à l’âge de 90 ans

Journaliste libre et romancière, Mireille Kuttel était engagée.

Journaliste libre et romancière, Mireille Kuttel était engagée. Image: TAMEDIA

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Petite-fille d’immigrés piémontais mais née à Renens, où son grand-père s’était installé pour créer une entreprise de construction, Mireille Kuttel a vécu toute sa vie sa double appartenance comme une déchirure. Comme une richesse aussi, confiait-elle en 2004 dans le long entretien filmé que l’Association Plans-Fixes lui avait consacré. La romancière a tiré sa révérence. Ses proches lui ont rendu hommage, samedi, au centre funéraire de Bois-de-Vaux, à Lausanne.

Née Baudrocco en 1928, la femme de lettres s’est consacrée, après son gymnase, au journalisme en entrant au Service de presse suisse. En 1949, elle épouse Eugène Küttel, son complice devenu directeur de l’Office cantonal vaudois des transports et du tourisme et membre, en 1959, du Comité d’action pour le suffrage féminin. Un combat mené avec celle qui restera dans les mémoires pour sa plume engagée.

Devenue Suissesse par son mariage, Mireille Kuttel a dès 1956 pris la plume pour questionner, entre autres, son italianité, mais aussi le sort des petites gens, la condition de la femme ou le quotidien des immigrés en Suisse. À la Maison de la Femme, à Lausanne, elle organisait des présentations pour défendre les écrivaines. Car Mireille Kuttel a écrit un grand nombre de nouvelles et de récits dans des revues ou pour la Radio suisse romande. Ainsi qu’une dizaine de romans – «L’oiseau-sésame» (1970), «La malvivante» (1978), «La pérégrine» (1983), «Un balcon sur la mer» (1990) ou encore «La conversation» (1996). Son œuvre a été couronnée en 1978 par le Prix Schiller et en 1991 par le Prix Lipp-Genève. En 1990, elle recevait à Turin le Prix international «Piémontais dans le monde», une distinction attribuée par ses compatriotes pour son parcours à Suisse. (24 heures)

Créé: 27.05.2018, 19h25

Articles en relation

Le 20 avril 1959: des Vaudoises, premières Suissesses à voter

Dans la «Feuille d'Avis de Lausanne» Les citoyennes d’Oulens-sur-Lucens et de Commugny ont fait œuvre de pionnières grâce à des élections communales. Plus...

Le 5 février 1929: des «féministes» s’opposent au vote des femmes

DANS LA «FEUILLE D'AVIS DE LAUSANNE» Un courrier adressé au quotidien vaudois accuse les «suffragistes» de ruiner les fondements de la société. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.