Morges-sous-Rire s’allie à Maxi-Rires

Rapprochement Le festival vaudois dédié à l’humour et son petit-frère valaisan ont annoncé, hier, leur rapprochement

 Pour faire rayonner le festival Morge-sous-Rire, Roxane Aybek développe les collaborations avec l’équipe du Maxi-Rires à Champéry

Pour faire rayonner le festival Morge-sous-Rire, Roxane Aybek développe les collaborations avec l’équipe du Maxi-Rires à Champéry Image: Sebastien Anex

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Quand la montagne et le lac se rejoignent pour le meilleur et pour le rire.» Le festival dédié à l’humour depuis bientôt trente ans, du côté de Morges, et son homologue valaisan, créé à Champéry il y a dix ans, ont officialisé, hier, leur liaison. Une union qui ne se réalise pas sous le régime de la communauté des biens mais qui prend la forme d’une collaboration soutenue au niveau artitique. Les deux manifestations dévoileront, le 29 novembre prochain, la programmation de leurs éditions 2017. En attendant, Roxane Aybek, directrice de Morges-sous-Rire, détaille les motivations de cette alliance.

Qu’est-ce qui a motivé le rapprochement de Morges-sous-Rire avec Maxi-rires?

Notre alliance est naturelle. Ces deux festivals qui se tiennent à la fin du printemps peuvent apparaître comme concurrents, alors que nous sommes amis, en réalité. Cela fait déjà plusieurs années que nous travaillons main dans la main afin d’éviter des programmations identiques.

Etes-vous en train de mener une OPA sur votre petit frère?

Pas du tout! Cette nouvelle synergie sera essentiellement centrée sur la programmation. Il ne s’agit pas d’une fusion de nos deux structures qui restent financièrement indépendantes. Chaque festival garde, également, son identité propre pour tout ce qui touche au visuel, à nos politiques tarifaires, aux contacts avec les sponsors. En revanche, nous allons coopérer étroitement au niveau artistique.

Dans le but de conquérir un public plus large?

Pour Morges, c’est est effet l’occasion de toucher le Valais plus en profondeur. Et l’inverse pour Champéry. Mais cette union permettra surtout de diversifier l’offre en mettant en avant un plus grand nombre d’humoristes. Désormais, nous réfléchirons ensemble dès le début des préparatifs. L’idée est de définir quelles têtes d’affiche peuvent être programmées dans les deux festivals, en se limitant à 2 ou 3 noms, et d’équilibrer les deux programmations en fonction des tournées. L’envie est de favoriser une circulation sans complexe des publics, tout en étant plus cohérents avec les artistes. Dans une vision à long terme, nous espérons séduire les producteurs étrangers qui verront, là, l’opportunité d’être présents sur deux événements, l’une à la montagne, l’autre au bord du lac.

De limiter, au passage, une surenchère dangereuse pour vos finances?

Oui, clairement. Nous pourrons ainsi négocier les contrats ensemble, mais le but initial était surtout de favoriser le rayonnement de nos deux manifestations. Ce rapprochement participe totalement à la stratégie de développement de Morges-sous-Rire qui s’est déjà allié avec des grands festivals internationaux, au Canada, à Marrakech, en France et en Belgique. Le faire également au niveau national se justifie tout à fait et vient, entre autres, s’ajouter au tout nouveau concept des soirées Off qui fait éclater le festival au cours de l’année en nous permettant de programmer des artistes dans différents lieux de Suisse romande.

Une telle diversification est-elle une nécessité face à la concurrence qui fait rage dans le domaine de l’humour?

Il ne s’agit pas nécessairement de contrer la concurrence. Ce marché est en plein développement mais nous n’observons aucune baisse de fréquentation. Le foisonnement semble plutôt stimuler le public qui suit, surtout, les artistes au gré de leur visibilité médiatique. Côté manifestations, le Montreux Comedy qui se tient en décembre ne nous fait, par exemple, pas d’ombre.

Et les sociétés Live Music Production et Opus One qui programment désormais les saisons du Métropole et du théâtre de Beaulieu, à Lausanne, en y faisant une large place à l’humour?

Pas vraiment. L’arrivée de ces deux producteurs sur notre terrain n’a finalement pas eu beaucoup d’impact. Certes, il y a eu quelques exclusivités négociées qui nous ont coupé l’herbe sous les pieds mais, après deux ans, je peux dire que l’impact reste relativement faible. En fait, le public qui aime l’ambiance des festivals n’est pas nécessairement le même que celui qui vient voir un artiste programmé dans une salle ou une saison théâtrale.

Vraiment? Quand on aime un artiste, l’important n’est-il pas de le voir sur scène, un point c’est tout?

C’est ce que j’ai longtemps pensé. La réalité est pourtant plus subtile. Lors de la précédente édition de Morges-sous-Rire, nous avons, par exemple, dû annuler au dernier moment le spectacle de Stéphane Plaza. Puisque les billets s’étaient arrachés en très peu de temps, nous avons permis à tous les déçus d’être prioritaires lorsque le comédien est revenu à Beausobre, en cours de saison. A ma grande surprise, cette deuxième vente a eu un peu de peine à décoller et, au final, à peine un tiers des spectateurs pourtant prioritaires sont venus le voir. Ce qu’ils voulaient, c’était l’ambiance de Morges-sous-Rire avec sa convivialité, ses points de rencontres, son ambiance estivale.

(24 heures)

Créé: 18.11.2016, 08h46

Articles en relation

Mariage d'humour pour Morges-sous-rire et Maxi-rires

Le festival morgien se rapproche de son petit frère valaisan. Une collaboration qui portera surtout sur la programmation. Plus...

Morges-sous-Rire

Année de création: 1989
Localisation: Morges (Beausobre)
Scènes: 3
Durée: de 7 à 9 jours
Structure: association
Budget: 1,4 million de francs
Nombre de spectacles en 2017: 35
Nombre de spectateurs: 20 000
Prochaine édition: du 19 au 24 juin

Maxi-Rires

Année de création: 2008
Localisation: Champéry (VS)
Scène: 1
Durée: de 4 à 6 jours
Structure: association
Budget: 1 million de francs
Nombre de spectacles en 2017: 18
Nombre de spectateurs: 11 000
Prochaine édition: du 20 au 27 mai

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Paru le 13 décembre.
(Image: Bénédicte) Plus...