En ado potache, Mauvaise langue roule sa première gamelle

CritiqueSur la RTS, le round d’ouverture du talk-show de Thomas Wiesel and Co embrasse large mais fait peu saliver.

Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

«La bière ne ment jamais», dit la maxime. Celle posée devant Thomas Wiesel, indispensable élément liquide du décorum des late night shows anglo-saxons, avait vendredi soir la métaphore triste pour résumer le premier épisode de son nouveau rendez-vous sur la RTS: sans bulle, sans mousse, d’un jaune pipi (caca) et offrant le spectacle d’un bock à moitié vide — ou à moitié rempli, pour les optimistes.

Évidemment, le challenge n’avait rien de simple: remplacer la paire de Vincent(s) et leurs 26 minutes aux parts de marché soviétiques via un digest de l’actualité de la semaine, avec un invité, un «expert» et quelques capsules de comédie. Mais alors que Veillon et Kucholl avaient assuré leur entrée en télévision grâce à une technologie multimédia conséquente qui pouvait suppléer aux carences de l'animation pure, Thomas Wiesel joue sur le fil presque exclusif d’un dialogue avec la caméra ou avec ses camarades invités, sur le modèle des cadors du genre. Le premier exercice trahit l’inexpérience: diction contrainte, gestuelle nerveuse, regard sur le prompteur qui lui fait viser le bas de l’écran à droite — le champion du stand up romand doit trouver à la télé le naturel de la scène.

Double malaise

Quand il s’adresse à son invité, le malaise est double. Le kamikaze Blaise Bersinger part en torche, enroulé dans son humour absurde qui fonctionne mal en conversation, l’éteignant dans des punchlines plus proches du prout que de l’uppercut. Autre tête d’affiche du stand up, Marina Rollman anime une pastille du futur à l’esthétique évoquant moins une carte postale de 2040 qu’un clip de progrock seventies. Le téléspectateur court derrière sa logorrhée sans y trouver de quoi s’amuser beaucoup.

Car au-delà de ses fragilités formelles, l’émission souffre d’un déficit de rigolade assez stupéfiant. La revue de l’actualité se déroule comme un digest de fil Facebook, avec ses moments les plus insolites ou navrants (Trump dans les deux cas). L’actu suisse (cars postaux, Pascal Broulis, JO de Sion) donne lieu à des gags patauds — à l’exception du conseiller d’Etat vaudois, prétexte à une admirable évocation de Sainte-Croix par son expatrié Yann Marguet.

La séquence «brèves de comptoir» laisse pantois par son humour de préau d’école. Même les Vincent, en caméo, n’y sont pas drôles. On change de chaîne en espérant que ce galop d’essai trop amateur ne fournira pas en argument les promoteurs de No Billag, au registre de la fantasmée arrogance de la RTS. Ce qui serait définitivement le moins bon gag de l’émission. (24 heures)

Créé: 24.02.2018, 15h01

Articles en relation

Thomas Wiesel arrive sur la RTS avec «Mauvaise langue»

Télévision Epaulé de la nouvelle garde d’humoristes romands, Thomas Wiesel propose une émission inspirée des late night shows à l’américaine. Plus...

La dernière de 26 Minutes annonce déjà d'autres projets

Télévision Vincent Kucholl et Vincent Veillon ont tourné une page de leur livre en direct samedi soir sur la RTS. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 5

Des parents et des enfants séparés par le rêve américain, paru le 19 juin
(Image: Bénédicte) Plus...