Passer au contenu principal

L'alpinisme au patrimoine immatériel de l'Unesco

L'art de gravir des sommets et des parois en haute montagne a été inscrit mercredi au patrimoine immatériel de l'Unesco.

Image d'illustration
Image d'illustration
Keystone

L'alpinisme a été inscrit mercredi sur la Liste du patrimoine immatériel de l'UNESCO, a communiqué l'Office fédéral de la culture (OFC). Cette candidature multinationale était soutenue par la Suisse, la France, porteuse du projet, et l'Italie.

Pratique physique traditionnelle, l'alpinisme se caractérise par une culture partagée, un art fait de connaissances sur l'histoire de la pratique et les valeurs qui lui sont associées, mais aussi de savoir-faire, explique l'OFC dans un communiqué. Il nécessite l'acquisition indispensable de savoirs variés sur le milieu d'exercice, naturel et non aménagé, sur les conditions climatiques changeantes et sur l'appréciation d'événements physiques aléatoires, précise le texte.

La démarche de candidature a été portée par les organisations d'alpinistes et par les associations nationales des guides. Les villes de Chamonix (F) et Courmayeur (I), Orsières et le canton du Valais les ont soutenus directement, avec la collaboration scientifique de l'université de Genève, selon l'OFC.

Huit traditions

Ce n'est pas la première fois que la Suisse s'allie à d'autres pays pour faire inscrire à l'UNESCO une pratique partagée. Ainsi, la gestion suisse et autrichienne du danger d'avalanches a été reconnue comme patrimoine culturel immatériel de l'humanité l'an dernier. Tout comme l'art de la construction des murs en pierres sèches. La demande, déposée sous l'égide de la Grèce, associait la Croatie, l'Espagne, la France, l'Italie, la Slovénie, Chypre et la Suisse.

En 2014, le Conseil fédéral avait approuvé une liste indicative de huit traditions suisses qu'il souhaitait voir inscrites au Patrimoine culturel immatériel de l'humanité. Outre la gestion des avalanches et la construction des murs en pierres sèches, l'Unesco y a déjà inscrit la Fête des Vignerons de Vevey (VD) et le Carnaval de Bâle. Les autres thèmes sur le radar du gouvernement sont le design graphique et la typographie, la saison d'alpage et le yodel.

La liste du patrimoine culturel immatériel doit documenter et sauvegarder les traditions et expressions orales, les arts du spectacle, les rituels et événements festifs, l'artisanat traditionnel ainsi que les savoirs et les pratiques concernant la nature. Il ne faut pas la confondre avec la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO sur laquelle la Suisse a fait inscrire douze sites depuis 1983.

(AFP)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.