Votre navigateur est obsolète. Veuillez le mettre à jour avec la dernière version ou passer à un autre navigateur comme ChromeSafariFirefox ou Edge pour éviter les failles de sécurité et garantir les meilleures performances possibles.

Passer au contenu principal

Une année pour honorer Gustave Roud, poète et photographe vaudois

Dépiauter les noix en famille est une très ancienne tradition campagnarde appelée «gremaillage», courante en terre vaudoise comme en Savoie. Après que les noix ont été cassées, il faut les trier. Et séparer les cerneaux et les coquilles. Un travail pas très compliqué mais assez long.
A l'instar des auteurs de sa génération, Gustave Roud aimait entourer sa place de travail de colifichets fétiches: répliques de peintures, portraits d'amis encadrés, vases fleuris. Rien à voir avec la tabula rasa, dont se targueront plus tard des écrivains épris de minimalisme…
Henry-Louis Mermod et C. F. Ramuz, Lavaux, 1932, photographie de Gustave Roud.
1 / 13

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.

S'abonnerSe connecter