Un «Antéchrist» aux failles humaines

Rock Oz'ArènesMarilyn Manson a offert un show décousu et plus parlant que chantant au public d'Avenches jeudi soir.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Minuit approchant dangereusement, c'est un public refroidi par la météo, mais aussi par la piètre performance de bien pâles Sisters of Mercy qui battait du pied en attendant la Bête. Dans les gradins, moins de visages grimés et de tenues noires qu'attendus. Plutôt des quadras, chapeau de paille aux couleurs du sponsor de houblon sur la tête, qui n'ont plus peur des monstres depuis longtemps.

Visage crépi

L'autoproclamé «Antéchrist» est apparu assis sur un énorme trône, seul véritable artifice d'un show qui n'en a finalement pas vraiment été un. Lumières gothiques de violet et d'indigo, brouillard flou masquant des musiciens en uniforme qui ont à peine le droit d'exister et le grand échalas au look finalement bien soft. Certes, il ne s'est pas déhanché en jean-baskets, le torse huilé et bodybuildé, mais en simple tenue noire, le visage crépi de maquillage blanc et le front bleu (!).

This is the new shit entame Brian Hugh Warner (ça fait tout de suite moins peur), sauf que c'est finalement toujours la même chose. Sa voix, quand il ne force pas, se prête parfaitement aux efficaces compositions (mOBSCENE, ou les reprises comme Sweet Dreams) qui ont fait son succès, essentiellement au début des années 2000, mais jeudi soir, il a surtout utilisé ses cordes vocales pour... converser entre les morceaux!

Taillage de bavette

Et entendre celui qui s'est tellement catalogué de provocateur gentiment tailler une bavette - sans aucune effusion de sang en plus! - avec les spectateurs du premier rang en leur demandant de traduire ses gentillets propos en français, cela donne un peu l'impression d'avoir surpris le père Noël lors de sa pause, la fausse barbe baissée pour ne pas la tacher avec son café.

Malheureusement, ces échanges, sympathiques au demeurant, ont trop souvent tiré en longueur. Pénible pour un public venu en prendre plein la figure, qui se retrouve à bâiller en attendant les prochaines notes de musique. Humain, certes, mais surtout terriblement décousu.

Perché sur des échasses

Il restera tout de même l'impression d'avoir assisté à quelque chose d'unique, plutôt qu'à la 36e représentation d'un show formaté à la seconde, qui laisse une impression de disque agrémenté de jolies lumières.

Une chose est sûre, si on veut du spectacle, il vaut mieux compter sur Rammstein que sur le géant de l'Ohio (qui s'est quand même perché sur des échasses, dans une tentative de reprendre de la hauteur et de la distance?). Les enfants sont rassurés: il n'y a plus de monstre qui se cache sous le lit! (24 heures)

Créé: 11.08.2017, 12h16

Articles en relation

La «Bruelmania» a fait trembler les arènes du Rock Oz'

Musique Les fans de Patrick Bruel sont venus de loin pour assister à son concert mercredi soir à Avenches. Plus...

[VIDÉO] A vos papilles au Rock'Oz!

Bons plans Friture du lac, patate végane et gaufre... 24heures a testé les stands du festival d'Avenches édition 2017. Plus...

L'été des festivals vaudois

Musique 24 heures part à l'assaut des quatre plus grands festivals musicaux en plein air du canton. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 4

Les excès de zèle de Corsier pour naturaliser un étranger, paru le 25 juillet
(Image: Bénédicte) Plus...