Des artistes morts toujours plus vivants

L’année 2016 a été marquée par d’innombrables décès de créateurs. David Bowie et Leonard Cohen partaient en livrant une ultime œuvre

2016 a été marquée par d’innombrables décès dont David Bowie (@Sony) et Leonard Cohen (@Columbia)

2016 a été marquée par d’innombrables décès dont David Bowie (@Sony) et Leonard Cohen (@Columbia)

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Charon a dû acquérir un hors-bord pour faire traverser le Styx aux tombereaux d’artistes venus lui rendre visite aux Enfers pendant cette année 2016. Jamais les pages culturelles des quotidiens n’ont autant ressemblé à une florissante entreprise des pompes funèbres…

La plupart de ces créateurs désormais disparus avaient atteint un âge respectable ou, pour le dire autrement, rares étaient les artistes jeunes mais célébrés à faire partie de cette liste que l’on refuse à dresser de façon exhaustive mais qui s’ouvrait le 2 janvier avec Michel Delpech et devait se clore provisoirement avec George Michael à Noël, puis Carrie Fisher avant-hier. Le «club des 27» – ces artistes décédés à cet âge fatidique – n’a plus la cote, et c’est tant mieux… Par contre, la coterie des légendes rétrécit comme peau de chagrin, sans que l’on ne voie arriver beaucoup de successeurs taillés dans le marbre des immortels.

Dans cette race d’artistes qui ont marqué une époque, voire plusieurs, deux d’entre eux, les chanteurs David Bowie et Leonard Cohen, ont tiré leur révérence cette année par une dernière pirouette inhabituelle: la sortie d’un album «testamentaire» que l’on serait tenté de qualifier de préposthume. Le premier publiait son ultime œuvre, Black Star, le 8 janvier, avant de quitter les charmes mondains deux jours plus tard, tandis que le second sortait You Want It Darker le 21 octobre, deux semaines avant son décès.

Les exemples de ce type sont rarissimes. Jacques Brel a survécu près d’une année à la parution de son dernier enregistrement, même s’il se savait condamné au moment de le réaliser. Les derniers disques de l’Homme en noir, Johnny Cash, dégagent aussi cette aura funèbre de celui qui se sent proche de la tombe, mais les musiciens choisissant de mettre le point final à leur carrière artistique par une ultime œuvre anticipant leur disparition prochaine étaient pour ainsi dire inconnus au bataillon jusqu’en 2016.

L’injonction de vivre est-elle devenue tellement forte que les artistes s’interdiraient désormais de mourir pour ne pas décevoir leurs fans? Toujours est-il que les albums de Bowie et de Cohen résument avec élégance leurs vies respectives. Epris de contrôle jusqu’à l’excès, l’Anglais démontrait jusqu’à la fin sa capacité à maîtriser son destin artistique en gardant la tension et libérant, sauvage et glacé au seuil du vide, l’«étoile noire» de sa future absence, «épiloguée» de tendre nostalgie, de penchants jazz trépidants et d’obsessions dystopiques.

Le maître canadien, lui, rassemblait encore une fois son courage existentiel, ses humeurs forcément noires et un humour pour le coup macabre, afin de livrer un You Want It Darker où sa voix plus sépulcrale que jamais déclarait au Seigneur qu’il était «prêt», sans rien cacher de ses faiblesses somptueuses. Même si, dans le titre Seemed the Better Way, il ajoutait: «Mais maintenant il est beaucoup trop tard/Pour tendre l’autre joue.» L’un déniait à la mort son emprise, l’autre l’accueillait avec amusement. Deux grands albums qui repoussaient LA limite.

Créé: 29.12.2016, 07h53

Les dates-clés

2016

Un musée pour Charlot Après des années d’incertitude, le Manoir de Ban à Corsier-sur-Vevey, où vécut Charlie Chaplin, s’est enfin mué en musée en avril. Soit 3000 mètres carrés dédiés à l’œuvre et à la vie de l’artiste.


Titeuf monte sur les planches
Le héros à la mèche rebelle est sorti des cases pour s’épanouir sur scène, sous la houlette de Karim Slama. La tournée romande se poursuit les 14 et 15 janvier au Théâtre de Beausobre à Morges. (www.beausobre.ch)


50 ans du Montreux Jazz Avec une affiche sans «coup d’éclat» (eh non, toujours pas de Roling Stones) mais bien équilibrée entre son histoire et sa modernité, le bébé de feu Claude Nobs a soufflé son demi-siècle sans tousser.


Quarante ans d’Art Brut «En un mot, c’est LA collection» ont dit les experts, les passionnés et les fidèles qui ont défilé, toujours aussi nombreux, à Lausanne pour célébrer les 40 ans de l’ouverture la Collection de l’Art Brut, un ensemble de 5300 pièces confiées par son fondateur, Jean Dubuffet.


Thomas Wiesel omniprésent L’année 2016 a vu l’humoriste lausannois de 27 ans sur tous les fronts, du stand-up sur scène, comme dernièrement au Montreux Comedy Club jusqu’aux plateaux télé, dans Quotidien, l’émission de Yann Barthès sur TMC, en passant par les radios et les journaux.


Ostermeier et sa «Mouette» L’Allemand Thomas Ostermeier a marqué la création théâtrale avec La Mouette, de Tchekhov, en février à Vidy. En théâtre encore, deux spectacles ont questionné, avec talent et originalité, les ambitions belliqueuses de l’être humain. La Compagnie Un air de rien et Sandra Gaudin se sont attaqués à Sallinger, de Koltès, et Jean-Gabriel Chobaz a créé un Caligula démoniaque au Pulloff, tenu de bout en bout par Frank Michaux.


Charles Gleyre à Orsay La rétrospective parisienne que le Vaudois ne voulait pas de son vivant a attiré plus de 212 000 visiteurs au Musée d’Orsay. Sur les 120 œuvres accrochées, 76 avaient été envoyées par le MCBA.

2017

Une «Courgette» qui va loin Après un joli parcours en 2016 incluant sa sortie à Cannes, le film d’animation Ma vie de courgette, du Suisse Claude Barras, est présélectionné aux Oscars dans la catégorie du meilleur film en langue étrangère. Il a aussi été nominé aux Golden Globe Awards dans les meilleurs films d’animation, où il affrontera Zootopie ou Vaiana. Verdict le 8 janvier.



Beausobre fête ses 30 ans
Le théâtre morgien célèbre cet anniversaire avec une brochette de talents francophones. Barcella, Les petits chanteurs à la gueule de bois, Fabian Tharin, Billie Bird, Nicolas Fraissinet et Aliose interpréteront un de leurs morceaux et deux reprises. Le tout animé par Tonton Pierrick. (ve 3 février à 20 h, www.beausobre.ch)


Omar Porras Le metteur en scène, à la tête du TKM à Renens, revient ce printemps avec une nouvelle création, Amour et psyché, d’après Molière. (14 mars au 9 avril, www.t-km.ch)


L’année Elvis Préparez vos chaussures en daim bleu, le mois d’août célébrera les 40 ans du trépas du «King of Rock’n’roll»©. L’interprète de Heartbreak Hotel a été retrouvé le cœur étouffé par trop de mauvaises graisses, dans sa salle de bains de Graceland, le 16 août 1977. On ignore à cette heure si les inévitables cérémonies mémorielles se doubleront d’une remise au goût du jour du répertoire d’Elvis, comme ce fut le cas en 2007.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.