Passer au contenu principal

Ces 3,4 millions de francs ne sont pas une illusion

Mercredi soir à Londres, la vente de Sotheby’s s’est bouclée sur plusieurs records dont celui obtenu pour une œuvre du très rare Bernois Franz Gertsch.

«Luciano II», acrylique sur toile (234 x 346 cm) représente l’artiste Luciano Castelli en 1976.
«Luciano II», acrylique sur toile (234 x 346 cm) représente l’artiste Luciano Castelli en 1976.
MATT DUNHAM

En 36 ans (de 1969 à 2005) et en alchimiste de l’illusion hyperréaliste, Franz Gertsch a signé 63 toiles. Que des formats immenses! Une série de l’exigence, un intense déroulé de portraits et de paysages pour une esthétique servant le pouvoir de l’image en même temps qu’elle questionne son rapport à la réalité. De ces 63 toiles, seules vingt sont encore en mains privées – les autres sont accrochées à Berthoud, au Musée Gertsch ou dans les collections contemporaines des plus grands musées. C’est dire si, dans un marché soignant la rareté pour vitaminer ses résultats, Sotheby’s s’enorgueillissait d’avoir un Franz Gertsch à vendre mercredi à Londres.

Monumentalisant l’instantanéité du quotidien, d’un regard, d’une pensée, Luciano II s’est disputé jusqu’au coup de marteau final, adjugé 3,4 millions de francs au propriétaire de la Galerie K à Oslo, un montant record pour l’artiste suisse de 87 ans. Et même un bond conséquent, le dernier record plafonnant à 2,3 millions pour un Luciano I. La soirée londonienne de Sotheby’s a encore fait date pour Gerhard Richter, l’artiste vivant le plus cher au monde, qui «préfère la discrétion». Avec Eisberg, le paysage le plus cher jamais vendu (21,8 millions de francs), l’Allemand a confirmé sa stature acquise en 2012, réactualisée en 2015 avec une œuvre abstraite vendue 46,6 millions. Et dire qu’il a eu des débuts difficiles à la Van Gogh…

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.