Le plus petit musée d'art du monde quitte Cully

Art contemporainLa Kunsthalle Marcel Duchamp vit discrètement sa dernière exposition après une programmation pointue d’une dizaine d’années.

La Kunsthalle Marcel Duchamp vit sa dernière exposition à l'angle de la place d'Armes de Cully et du quai de l'indépendance. A l'affiche jusqu'au 19 août

La Kunsthalle Marcel Duchamp vit sa dernière exposition à l'angle de la place d'Armes de Cully et du quai de l'indépendance. A l'affiche jusqu'au 19 août "Un hommage à Frank Zappa" de Philippe Fretz et Stéphane Zaech. Image: VANESSA CARDOSO

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Sans rancune, ni vraiment d’amertume! Il n’empêche qu’au moment où le Canton de Vaud formalise une entrée taille XXL sur la scène des arts visuels, voir l’autoproclamé plus petit musée d’art du monde disparaître de sa carte le 19 août faute de résonances avec son environnement économico-politique, tient au mieux du rendez-vous manqué, au pire de l’ironie de la situation. Au téléphone, Stefan Banz, directeur de la KMD-Kunsthalle Marcel Duchamp de Cully, ne s’interdit en tout cas pas de sourire: «On peut le voir comme ça, même si ce sont deux choses différentes.»

Reste que la comparaison entre ces deux extrêmes – 3000 m2 de surface d’exposition pour le futur musée cantonal, 45 cm de large sur 75 cm de haut pour la KMD – se cristallise encore autour d’un nom: Ai Weiwei. Tout le monde se souvient de sa subtile prise d’assaut du Palais de Rumine l’hiver dernier mais qui se rappelle son premier geste artistique en Suisse? La KMD de Cully… en 2011! Une Lilliputienne aux envies gigantesques et alors pile dans son discours sur la notion de grandeur, si relative dans l’art.

«Nous sommes à l’époque du spectaculaire que ce soit dans ce domaine comme dans d’autres, il faudrait à tout moment capter l’attention et par n’importe quels moyens, mais surtout les plus grands possibles. Notre concept se positionne en contre-pied en interrogeant ces questions d’échelle comme la disproportion et, appuie Stefan Banz, en offrant la preuve que la qualité n’est pas liée à la taille.» Venu avec ses iconiques graines de tournesol – 13 kilos pour Cully contre les 10 tonnes exposées une année plus tard à la Tate Gallery, à Londres – Weiwei remplissait le contrat. Enfin… presque!

Le 22 mai, jour du vernissage, l’artiste contestataire était toujours porté disparu, deux mois après avoir été arrêté par les autorités chinoises. «Tous les artistes que nous avons présentés sont venus à Cully pour le montage, que ce soit du Brésil, de l’Angleterre, de France ou encore d’Italie. Ça crée un autre lien à l’art. De l’amitié aussi. En plus d’être le signe, que même minuscule et loin des grands centres d’art, leur exposition importait. Voilà, insiste Stefan Banz, comment on peut faire évoluer les choses, voilà comment on démontre que ce qui échappe à notre perception, mériterait de le détourner.»

Après Cully, Hambourg

Silencieuse, sensuelle même. Intégrée et à la fois visible à l’abri de l’angle de la place d’armes et le quai filant vers le port de Moratel, la capsule de cuivre émaillé teste ce regard. Derrière ses espaces vitrés, deux étages d’exposition quand même! Certains artistes ont défié ses rondeurs, d’autres ses proportions de minimusée, d’autres encore ont joué l’intérieur contre l’ouverture du panorama extérieur. Figuratifs, conceptuels, sculpteurs, plasticiens, sans exception, tous l’ont consacrée en musée d’art contemporain et l’Allemand Robert Bisky, l’a même choisie pour sa rétrospective de dix ans de création.

La densité s’y était installée, elle a perduré, elle règne encore pour l’ultime exposition de la Kunsthalle Marcel Duchamp, à Cully. Signée Stéphane Zaech et Philippe Fretz qui ont choisi de rendre hommage à Frank Zappa, dans un tête-à-tête entre peintres.

«Exceptionnels, précise le directeur de la KMD. Comme il y en a peu en Suisse romande.» Les formats sont confidentiels, 7,8 cm sur 10, l’impression d’une conversation extraordinairement singulière, monumentale. «Ici, ce n’est pas qu’une histoire de murs mis à disposition, relève Philippe Fretz. On discute, on se prépare, on développe le projet porté par un regard affûté sur l’art contemporain et accompagné d’une direction très muséale. Au niveau de la scène locale, la Kunsthalle représentait quelque chose de très important, c’est vraiment regrettable qu’elle disparaisse.» À son crédit plutôt qu’à son compteur, une cinquantaine d’expositions et autant d’empreintes de la différence dans l’art. Marquant certains, d’autres moins.

«C’était quelque chose de très confidentiel, plutôt pour des initiés, assume Raymond Bech, le municipal de Bourg-en-Lavaux chargé de la Culture. Vous m’apprenez qu’elle ferme et évidemment, même si son public était restreint, c’est très dommage.» Le syndic, Jean-Pierre Haenni, est dans le même registre. «C’est vrai qu’il fallait la remarquer cette petite capsule. Je ne sais pas pourquoi, nous n’avons pas été avertis de sa fermeture.» L’info… figurait sur le dernier courrier d’invitation au vernissage!

Mais plutôt que la tristesse peu constructive, ses fondateurs, Caroline Bachmann et Stefan Banz, ont opté pour le réalisme. «C’est la vie, notent-ils, il faut prendre des décisions. Artistes nous-mêmes, nous avons investi beaucoup de temps et d’argent dans cette aventure curatoriale d’une dizaine d’années. L’intérêt étant surtout venu de Suisse alémanique, il fallait se rendre à l’évidence et passer d’une aventure à une autre: la Kunsthalle voyagera pour se rendre là où on la demande.» Ce qui se sait déjà! Son agenda compte, un premier vernissage, le 7 septembre à Hambourg. (24 heures)

Créé: 08.08.2018, 19h33

Informations pratiques

Cully, place d’armes, quai de l’Indépendance

Jusqu’au 19 août, tlj, 24 h/24

www.akmd.ch

L'art en vitrine se plaît à Lausanne

L’atypique n’ayant pas de limites pour mettre en valeur l’expression artistique, Lausanne s’en est presque fait une spécialité déclinant une série de propositions «en vitrine», mais toutes différentes.

À commencer par l’enfilade du Flon «Les Cubes» (Michel Ludi jusqu’au 2 sep.) qui invite au «lèche-vitrines artistique».

À «La Placette», lancée rue des Terreaux en 2004, aujourd’hui rue Pré-du-Marché 19, le rythme est soutenu, mensuel, avec des œuvres qui se font écho d’une exposition à l’autre, la 164e vitrine de son histoire est tenue par Charles Drawin’s.

Sous-Gare, c’est «Station Show» (Lucia Masu jusqu’au 12 août, Heike Schildhauer, dès le 12 août) tente d’attirer l’attention de milliers de pendulaires hyperpressés selon le concept importé par un artiste américain désormais Lausannois, Dan Scher.

Avec la même intention de capter le regard là où il ne se pose pas, les «Vitrines du Petit-Saint-Jean» accueillent 2LeuzeDelphinuphilie et ses accumulations d’objets jusqu’au 2 septembre.

Articles en relation

L’urinoir de Marcel Duchamp fête ses 100 ans à Cully

Anniversaire Le micro-musée de la Place d’Armes évoque «Fountain», ready-made centenaire et l’une des plus célèbres œuvres d’art du XXe siècle Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Paru le 13 décembre.
(Image: Bénédicte) Plus...