Les choix de la rédaction pour 2018

Arts VisuelsUne brassée de propositions culturelles pour se réjouir de cette nouvelle année : Arts Visuels

Une exposition sur l'histoire du pastel à la Fondation de l'Hermitage à Lausanne.

Une exposition sur l'histoire du pastel à la Fondation de l'Hermitage à Lausanne. Image: FONDATION DE L’HERMITAGE

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Douceur pastel

Fragile, le pastel passe sa vie à l’ombre! C’est dire si l’opportunité rare d’une exposition traversant cinq siècles de pratique du XVIe au XXIe va faire date. Inspirée dans ce choix par un Degas qui lui a été offert il y a 20 ans, la Fondation de l’Hermitage à Lausanne sait faire valoir l’exclusivité.
2 fév au 21 mai


Baselitz, tout-puissant

Il faut bien en choisir un sur une affiche où de Bacon-Giacometti à Balthus, tout donne envie! Honneur donc à Georg Baselitz, l’Allemand octogénaire qui ouvre l’enfilade de propositions de la Fondation Beyeler. Au format rétro- spective, l’expo promet un défilé de pièces maîtresses en parallèle à la présentation d’œuvres papier au Kunstmuseum de Bâle.
21 janv.-29 avril


L’Outrenoir toujours

Si l’artiste qui ne cesse de tracer et de révéler les chemins de lumière fonce vers son centenaire en 2019, la Fondation Gianadda a réussi à l’arrêter en route pour un rendez-vous majeur. Une nouvelle chance, après l’ArtLab de l’EPFL, de vivre les rythmes envoûtants du maître de l’Outrenoir.
15 juin-25 nov


L’outil photographique

L’année dernière, la Collection de l’art brut rassemblait les albums photos de Jean Dubuffet dans un bel ouvrage. Cette année, le Musée de l’Élysée poursuit ce travail inédit et ouvre la boîte à outils de l’artiste à la rencontre d’un documentaliste fou et d’un pionnier de la projection.
30 mai-23 sept


Les dix commandements de Hodler

Le coup de cœur de Florence Millioud Henriques
On l’a souvent retenu faiseur de polémiques ou d’icônes aux mollets d’Helvète et un peu moins en peintre si perméable à l’essence des êtres et de la nature, on le suit parmi les leaders sur le marché de l’art suisse, ses toiles atteignant des millions de francs. Mais 2018 – année commémorative de la mort de ce géant – offre à son art précurseur d’une peinture moderne une nouvelle bouffée d’oxygène. Hodler n’est pas «que» le peintre des lacs et des sommets de son pays, il n’est pas «que» l’inventeur du parallélisme, ce dessinateur compulsif, ce dompteur des rythmes de la vie conjuguant leurs battements intérieurs et extérieurs, le Bernois mort à Genève le 19 mai 1918 est tous ces Hodler à la fois. À voir dans toute son envergure à Genève dès le 2 mars, Pully 15 mars au 3 juin, Berne 14 sept.-13 janv


Notre sélection culturelle

Musique
Cinéma
Théâtre
Arts Visuels
Télévision
Musique classique
Culture
Littérature
(24 heures)

Créé: 06.01.2018, 16h58

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 5

C'est la guerre du rail entre CFF et BLS. Paru le 20 avril 2018.
(Image: Bénédicte) Plus...