Noyau retrousse le bon goût avec mordant

HumourLe Neuchâtelois de Zurich propose cent dessins d’humour qui nous prennent à rebrousse-poil.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le cochon ficelé en couverture a l’œil plus égrillard que torve. Mais son rose sent le roussi. Attention, Noyau s’en prend au bon goût! Et forcément avec lui, tous les goûts sont dans la nature. S’ils ne s’y trouvent pas, il les y met. Avec délicatesse mais sans égards, avec le vent du rire qui retourne parapluies et préceptes, avec sagacité, avec le tranchant du scalpel, celui qui fend les chairs proprement, avec tous les regards et les pires intentions, avec le rire en point de mire, Noyau à qui l’on doit «Les doigts sales», «Faire surface» et le «Musée réduit» (de la peinture suisse) pourfend réel, croyances et sentiments.

«Je ne titre pas mes dessins, car je ne veux pas trop guider le lecteur, précise Noyau. Les nommer ouvrirait une perspective. L’absence de titres empêche de lire selon une terminologie. Sans mots, on les regarde différemment. Bien sûr, pour les retrouver je leur donne un nom de travail. Sur ces cent dessins, seuls cinq ont été prépubliés: un dans «L’Hebdo», les autres dans un magazine de l’Université de Zurich. Je travaille sur ce livre de gags sans paroles et en couleur depuis trois ans et demi. Tout part de la tête. Je repère un thème très vague, quelque chose dans le comportement de quelqu’un… Je le note, très rarement je l’esquisse, et je laisse reposer. Puis ça vient: la situation s’éclaircit. Je teste alors la perspective. Il s’agit de voir comment j’organise le tout dans l’espace. Cela représente trois jours de gros boulot. L’idéal serait la perfection entre ombre et lumière au premier jet, mais je n’y arrive pas.» Espiègle, l’artiste!

«Le bon goût» embrasse le monde de manière plus large que «L’art de vivre», déjà aux Cahiers dessinés en 2015. Quatre secteurs, bonheur, succès, saveur et beauté, découpent le monde. Côté bonheur, Noyau propose le trax dans la caisse à sable des gosses, des porcelets bien vivants portant au dos la marque de la tirelire ou un couple s’escrimant sur un lit à la tronçonneuse. Rayon succès, à choix, l’échographie de Marie devant Rois mages, footballeur shootant sa tête, ou tireur humide avec fusil et cartouchière chargée de spermatozoïdes. Question saveur, vous pouvez hésiter entre une soupe de nouilles aux écouteurs, un toréador en chambre froide, ou le baiser des écorchés. En beauté, les volleyeuses sont enceintes de huit mois, la danseuse en tutu accouche sur les pointes et l’éléphant porte pénis en trompe. Cette œuvre a été conçue avec «Balance ton porc» en toile de fond.

Cela ne nous dit rien de la forme, des matières et des couleurs. Pour voir ce travail, le plus avisé consiste à se rendre au Musée Jenisch où quelques originaux s’affichent jusqu’à fin février dans l’exposition «Dessin politique, dessin poétique». Et avant un déballage en cimaises plus conséquent souhaité en nos lémaniques contrées, le livre permet de s’étancher les yeux au talent de ce dessinateur qui sait rendre aussi bien la glace, celle des morses et des patineurs, que les chairs les plus décaties. Rien ne lui résiste. Et s’il ose le dégoûtant, il ne descend jamais au crade. Certes ses couleurs ne suintent pas la rose. Mais il précise que l’impression du livre a forcé le bleu. Quant à ses jaunes ils ne savent se passer de vert. Si, si, Monsieur est virtuose.

Dans sa préface, Michel Thévoz remarque: «Noyau observe «littéralement», impitoyablement, maniaquement, il saisit la monstruosité sur le vif, sans trop en rajouter, sans se laisser emporter par le persiflage ou par la haine. La justesse stupéfiante des situations, des attitudes, des expressions, si hideuses soient-elles, appelle de notre part une empathie un peu gênante, puisque nous devons bien nous y reconnaître tant soit peu.»

Allons, rien de tel qu’une petite piqûre de malaise! Dans le pire des cas, vous ne rirez pas. (24 heures)

Créé: 04.02.2019, 22h01

A voir

Le bon goût

Noyau

Les Cahiers dessinés, 208 p.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.