Pajak expose le dessin en art majeur

ExpositionL’éditeur et artiste franco-suisse déclare son amour infini du medium au Musée Jenisch à Vevey en croisant 271 œuvres politiques et poétiques.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Comme il fallait bien s’arrêter une fois et endiguer cette fureur de vivre le dessin, on dira qu’il n’y a «que» 271 feuilles dans la nouvelle exposition du Musée Jenisch, à Vevey! Des Rembrandt. Giacometti, Topor, Klee, Hodler, Mix & Remix, Lautrec ou encore Leiter. Marqueurs de l’histoire de l’art ou en devenir, rêveurs romantiques ou naturalistes, plumes acérées, il n’y a pas vraiment de règle pour ce «Dessin politique, dessin poétique». La liste est passionnément bigarrée, elle égrène 81 noms. Tout au bonheur du décloisonnement, au besoin insatiable de la poésie de la nature et à la fascination pour les dessinateurs de presse «qui ne font pas dans la blagounette éphémère».

Aux commandes, un alchimiste, un détecteur de sensibilités, un détective à l’affût d’incontournables autant que galvanisé par la surprise: Frédéric Pajak. L’artiste, l’auteur, le directeur de la Maison d’édition Les Cahiers dessinés a feuilleté ses souvenirs comme son carnet d’adresses. Il s’est laissé engloutir par les richesses des fonds veveysans et celles d’autres collections. Au final, c’est son enthousiasme pour le dessin qu’incarne l’accrochage. Aléatoire, ce dernier dit ce bonheur dans la découverte du talent d’Adrien Neveu, un veilleur de nuit toulousain que Pajak a convaincu de révéler publiquement la puissance de ses écritures paysagères. Impressionniste, cet accrochage scelle aussi une rencontre improbable entre Goya, son entrée en guerre contre l’obscurantisme du XVIIIe siècle, et Otto Dix dans ses pénétrantes traductions de la folie guerrière de 14-18.

Il conjugue encore la colère des grésillements de terreur lâchés sur la feuille par Paul Klee en 1933 avec celle de Varlin, qui signait la même année «Israël, souviens-toi!» un album prémonitoire. Les rencontres se suivent, elles ne se ressemblent pas, soudain évidentes ou tramées par la subtilité alors que l’inédit fait aussi sa part à la vue des évasions végétales trouvées dans le portfolio du très mordant Mix & Remix. «L’idée qu’un dessinateur politique très engagé puisse faire du paysage, parfois même en cachette, dit beaucoup sur ces témoins de la marche du monde qui ont aussi besoin de sublimer les choses. D’un autre côté, poursuit le commissaire, reproduire un paysage, c’est très exigeant. Quand on y pense, c’est même totalement absurde d’essayer de faire tenir une immensité dans une feuille de papier, il faut une maîtrise incroyable du dessin!» Le zapping d’une idée à l’autre a fait ce «Dessin politique, dessin poétique», une balade où le désordre engendre un ordre tout autre, suprême et vertigineux.

Un risque à prendre

À l’encre de Chine, au fusain, au crayon, au pastel, gravées ou peintes: les œuvres plaident la cause de ressources infinies du langage dessiné, en plus d’exister chacune pour elle-même. On va, on vient. L’exposition n’est pas dirigiste, ni barricadée dans sa thématique. Au contraire! À la fois savante et généreuse, elle lâche le visiteur dans la nature du dessin, cet art qui abrite des bagarres d’idées mais qui ne ment jamais, cette expression originelle qui ne cesse de renouveler ses moyens. Le risque de s’égarer existe. Inhabituel dans le monde des expositions didactiques, il trouble, mais c’est tant mieux. Il faut le prendre, fusionner avec l’œuvre papier qui donne à vivre la spontanéité comme la profondeur, il faut enchaîner les expériences émotionnelles provoquées par Frédéric Pajak. Vibrer avec les résonances entre la beauté ténébreuse des arbres de Rembrandt et la tangibilité lumineuse du châtaignier de De la Rive. Suivre de Daumier à Noyau, l’histoire d’un trait qui ose, corrosif, drôle, voire licencieux.

Les fils se tendent, en surface ou souterrains, ils amènent à croiser les inquiétantes mélancolies de Folon avec l’indicible barbarie humaine dessinée par Zoran Music. Le temps d’une exposition, ces fils réunissent encore la splendeur dramatique d’une montagne d’Alexandre Calame, les traductions énigmatiques des feux de forêt en Grèce de Claire Forgeot et les fugacités captées par Martial Leiter à travers la fenêtre d’un train. «Ça ne me gêne pas qu’on se perde, accepte Frédéric Pajak. Pour dire cette diversité, on ne peut pas faire une exposition minimaliste, ne montrer qu’une centaine de pièces aurait été trop arbitraire.» (24 heures)

Créé: 01.11.2018, 23h33

En dates




1955: Frédéric Pajak naît à Suresnes. Son père, l’artiste Jacques Pajak – présent avec deux œuvres à Vevey – meurt prématurément en 1965.

1973: Débute ses activités dans l’édition.

2002: Devient directeur de la Maison d’édition Les Cahiers dessinés.

2015: Reçoit le Prix suisse de littérature pour «Manifeste incertain 3». Le sixième volume vient de sortir.

L'expo

83


artistes composent l’affiche de «Dessin politique, dessin poétique» et permettent de traverser cinq siècles d’œuvres papier, d’une gravure de Bruegel aux mines de plomb d’Adrien Neveu. Sur les 271 pièces exposées, 76 viennent des collections du Musée Jenisch, 35 du Musée d’art et d’histoire de Genève. En tout, une quarantaine de prêteurs se sont mobilisés pour cette exposition.




Vevey, Musée Jenisch
Jusqu’au 24 février
du mardi au dimanche (10h-18h), jeudi (10h-20h)
www.museejenisch.ch

Articles en relation

Le noir nombril du monde de Pajak

Rencontre Expo à Pully, sixième «Manifeste incertain», livre d’entretiens: le dessinateur-écrivain est partout. Aussi à Morges durant le week-end Plus...

Pajak décide de se perdre dans la vie de Vincent Van Gogh

Littérature dessinée Le cinquième tome du «Manifeste incertain» est une biographie. Surprise. Plus...

Comment Frédéric Pajak lit, édite, écrit et dessine

Prix des lecteurs 6/6 L’auteur du monumental et remarqué «Manifeste incertain» dit procéder avec méthode. La semaine est bien remplie. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.