Sofia Mitev portraitise les ambiances urbaines

Arts visuels L'artiste à suivre: un choix de Laurent Delaloye.

Sofia Mitev: «Dans la série des Passants, on ne peut dissocier l’ombre de la personne: là où il y a la lumière, il y a ombre.»

Sofia Mitev: «Dans la série des Passants, on ne peut dissocier l’ombre de la personne: là où il y a la lumière, il y a ombre.» Image: Chantal Dervey

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Mise en lumière très jeune en France – à 17 ans, elle est lauréate de 8 concours de peinture – et après une pause maman, elle surgit de l’ombre, en Suisse. Où, après avoir capté l’attention des passants pressés de StationShow, à Lausanne, elle attire celle des fidèles d’ArtiShow, un espace liant saveurs culturelles et gustatives. Avec un indéniable talent et une maîtrise bénédictine, Sofia (1980) y présente ses Ombres dans la lumière.

Avec la précision d’une photographie et l’ingéniosité de la peinture, elle saisit les reflets de la ville, explore les lumières de la nuit ou s’attarde sur l’ombre traînante de passants vus d’en-haut: «Dans une société qui laisse peu de temps à la rêverie et à la contemplation, j’invite le spectateur, par un point de vue non conventionnel, à déployer son imaginaire en explorant les ombres fugitives et les reflets changeants. Dans la série des Passants, on ne peut dissocier l’ombre de la personne: là où il y a la lumière, il y a ombre. L’accent mis sur celle-ci s’appuie aussi sur les croyances des civilisations pour lesquelles l’ombre faisait partie de l’âme.»

Son propos réfléchi et sa technique inédite se développent depuis ses… 4 ans à Gif-sur-Yvette (région parisienne), où elle peint en figuratif. Sa mère nyonnaise et son père bulgare l’encouragent pour les Beaux-Arts de Lyon, où elle obtient un diplôme en… vidéo et photo «car la peinture était mal vue». Il a fallu l’impulsion d’un jury externe de l’école pour qu’elle oublie ses doutes sur la peinture. Désormais, dans un atelier tout neuf à Chesières, elle trouve son équilibre pour dépeindre l’urbain. Si elle se dit parfois «en arrêt sur image», les rencontres récentes l’inspirent pour explorer de nouvelles techniques, notamment avec l’ingénieux éditeur français, Éric Linard. L’artiste à suivre, donc…

Créé: 05.05.2019, 15h57

ArtiShow
Lausanne
Côtes-de-Montbenon 5
> sa 11 mai

Oeuvre exposée

«Dizzy Heights», acrylique sur toile (120 x 92 cm)
(Image: DR)

En action

Finition au pinceau fin pour donner vie aux détails
(Image: Chantal Dervey)

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.