Passer au contenu principal

Alexander Calder fait entrer la Fondation Beyeler dans une autre dimension

L’équilibre parle de toutes ses voix à Riehen, où la fondation fait dialoguer celle de l’Américain et celles du duo suisse Fischli et Weiss. Magique!

La grande salle de la Fondation Beyeler permet de déployer toute la richesse formelle d’Alexander Calder.
La grande salle de la Fondation Beyeler permet de déployer toute la richesse formelle d’Alexander Calder.
GEORGIOS KEFALAS

Cette fraction de seconde – presque imperceptible – où la réalité, le sérieux, la réussite, la vie s’essoufflent. Cet instant où tout peut basculer vers l’abstrait, l’ironie, l’échec, la mort. Ce temps de l’équilibre, combien d’artistes ne l’ont-ils pas exploré? Combien sont-ils à avoir tenté de le figer, de le matérialiser, de l’exprimer? Une respectable cohorte et… un ensorceleur: Alexander Calder (1898-1976). Impossible d’échapper à ses charmes! Plus illusoire encore de résister à sa danse avec l’apesanteur lorsque, comme à la Fondation Beyeler, ses sculptures, mobiles et dessins déboulent en nombre pour diffuser une même magie.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.