L’art de la reconnaissance

Distinction Au plus près de la jeune création romande, la Fondation Irène Reymond récompense trois artistes d’un chèque de 15 000 fr.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

L’indifférence… Irène Reymond l’a vécue dans sa pratique de la peinture et du collage, elle l’a subie même. Mais, généreuse dans sa quête de nouveauté dans l’art comme dans sa vie, la Vaudoise (1902-1998) saluée par Fernand Léger a souhaité qu’une fondation lui succède pour aider les jeunes créateurs à tracer leur sillage. Depuis 1986, les promotions vont trois par trois et ont toujours su lire l’avenir de belles destinées (Francine Simonin, Carmen Perrin, Alain Huck ou encore Philippe Decrauzat).

Toujours plus difficile de l’aveu du jury, le choix 2015 s’est arrêté sur le travail vidéo et installatif de Gabriela Löffel (Genève, Berne), porté par un regard critique sur la société du spectacle. Le jury est aussi entré dans la danse déjantée des sculptures hybrides et improbables de Christopher Füllemann (Lausanne, Oakland, Zurich). Il a encore vibré avec Gilles Furtwängler (Lausanne), artiste et performeur qui ne fait pas qu’affirmer: «Tout est support au mot, parlé ou écrit.» Tous trois ont reçu un chèque de 15 000 fr. (24 heures)

Créé: 16.12.2015, 18h19

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 4

Ce week-end à Lausanne, les coureurs du semi-marathon et du marathon se verront proposer une bière (sans alcool) à l'issue de la course. Les organisateurs suivent ce qui se fait en Allemagne ou en Suisse alémanique. Car la bière est isotonique, riche en vitamines B10 et B12, et passe mieux que certaines autres boissons.
(Image: Bénédicte) Plus...