À Assens, «Chemin faisant»

ExpositionLe parcours d’art tracé par le Centre Culturel met tous les sens en éveil.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La nature ne s’accommode pas de tous les intrus! Depuis que les expositions de sculptures en plein air ont passé du registre de la nouveauté à celui des rendez-vous incontournables de l’été, combien se sont rendu compte de la difficulté d’exister sur les berges d’une rivière, entre les hautes herbes, dans un sous-bois ou même dans une très verte mais très neutre clairière? Le parcours tracé par l’Espace culturel d’Assens pour la quatrième fois depuis 2003 rencontre chacun de ces coups de force de la nature. Difficile d’ailleurs de faire plus bucoliques que ces 7 kilomètres de marche qui s’égrènent entre les bosquets comme le long du Talent, longeant des chemins forestiers, rencontrant des parenthèses plus minérales et empruntant de petits ponts. Alors, pour faire front et réussir le défi, il fallait bien l’expérience de l’espace d’art d’Assens comme son carnet d’adresses!

En vingt et un ans, Assens a exposé près de 250 artistes en provenance de la Suisse entière. Sur le parcours de «Chemin faisant» – un titre d’exposition plus qu’un thème –, ils sont une quarantaine à jouer avec l’intemporel, à libérer des vibrations diverses ou à raconter des histoires. Certaines sont explicites comme les très graphiques hashtags posés sur des souches d’arbres par la Saint-Galloise Béatrice Dörig, rappel d’une course effrénée sur ce qui a cessé de croître. D’autres histoires sortent d’un album de famille enroulant 10 kilomètres de chanvre crocheté par une vingtaine de femmes pour relever le défi d’Isabelle Monnier. L’artiste d’Anex-sur-Orbe plaidant pour l’ouvrage participatif, toutes se sont relayées pour réaliser cette pelote, reproduction de celle trouvée dans la boîte à ouvrage d’une tante. Boule d’énergies plurielles, apologie d’une nature résistante, «Je ne suis pas celle que vous croyez» roule le long de la route qui mène au Centre culturel d’Assens. Chacun peut dérouler l’écheveau et suivre le fil de sa propre histoire.

Mais le duel avec la nature – les plus confiants diront «le dialogue» – ne tourne pas à l’avantage de tous. La reproduire dans une échelle autre, plus grande ou plus petite, tenter de métamorphoser son essence ou interrompre son cours par une rupture radicale ne convainc pas toujours.

Créé: 24.08.2019, 17h08

Infos pratiques

Assens, parcours de 7 km
Jusqu’au 22 septembre, mercredi-dimanche (9-18h)

À l’intérieur de l’Espace
«Construction sauvage»,
exposition collective jusqu’au 22 septembre
www.espace-culturel.ch

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 21 septembre 2019
(Image: Valott?) Plus...