Passer au contenu principal

L’attachement à l’œuvre de Zaric se lit dans un beau livre

Après l’expo à Arlaud, une monographie vient couronner les hommages rendus au sculpteur.

Plusieurs oeuvres de Zaric sont à voir dans le périmètre lausannois, comme cet "Homloup" sur le campus de l'UNIL.
Plusieurs oeuvres de Zaric sont à voir dans le périmètre lausannois, comme cet "Homloup" sur le campus de l'UNIL.
FLORIAN CELLA

Tout de suite, il y a cette photo, ce regard si prenant de Zaric pour ouvrir la monographie qui lui est consacrée, l’ouvrage de référence qui manquait encore à l’ancrage critique de l’œuvre du sculpteur décédé en août 2017. Puis vient la reproduction de cette page d’un carnet de 2010 suivant d’un tendre trait «le bordel» de son atelier lausannois, si fourmillant d’énergies et de connaissances accumulées au fil du temps. La boîte à mémoire est donc ouverte de la plus belle des manières, et davantage illustrée que bavarde, elle libère une parole habitée, inspirée mais dénuée d’élitisme à l’image de l’artiste. C’est la parole de ses amis – écrivain, éditeur, historien d’art, professeur de littérature – ceux qui l’ont suivi et accompagné dans ses ascensions artistiques ou en montagne.

Homme de la nature, sondeur de ses intimités et sculpteur de ses vibrations, Zaric vivait toutes ses passions y compris celle pour les autres. Une sincérité artistique que la rétrospective de l’année dernière à l’Espace Arlaud avait mise en lumière et que l’église St-François a encore rappelée ce printemps, au détour de son «Christâne», sa dernière pièce. Mais pour le dire, il y a encore ces empreintes d’une œuvre faite de réminiscences, de soupirs comme d’espoir – ces erres laissées par Zaric à Lausanne, au Rôtillon, sur le campus de l’UNIL, à Vidy. Bilingue (français-anglais), cette monographie inscrit cette sincérité dans la postérité tout en accompagnant un attachement fort et collectif au travail d’un artiste qui préférait mémoriser la vie dans l’argile avec tous ses possibles, plutôt que de la figer en la taillant dans la pierre.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.