Passer au contenu principal

Champex vibre du doux baiser de Nicolas Pahlisch

Point de rencontre entre l'art et la nature depuis douze ans, Flore-Alpe dialogue avec les oeuvres du sculpteur de La Tour-de-Peilz.

Sans le savoir, Nicolas Pahlisch a posé son iris d'acier inox (200 x 250 x 300 cm) là où les les iris du jardin Flore-Alpe de Champex s'épanouissent. Une belle histoire de connivence.
Sans le savoir, Nicolas Pahlisch a posé son iris d'acier inox (200 x 250 x 300 cm) là où les les iris du jardin Flore-Alpe de Champex s'épanouissent. Une belle histoire de connivence.
ALINE FOURNIER

Des évidences! De troublantes évidences d’acier au règne du végétal. Filins de fer ou pulsations métallisées, les sculptures de Nicolas Pah – lisch ont fait du jardin botanique aux 4000 plantes de Champex (VS) leur terreau.

Comme si ces mouvements attrapés au vol, ses germinations et ses éclosions avaient toujours existé. Comme si l’artiste avait capté des présences tangibles mais invisibles pour les matérialiser d’un trait. Une feuille nervée. Des iris. Une fougère. Des immortelles. Et…« Le vol en diagonale», la pièce qui donne son titre à l’exposition, la première incursion du Boéland en terres animales, un essaim d’éphémères qui surgit de l’étang pour rejoindre le ciel dans un flux de loopings. «Je fais de la pêche à la mouche, l’inspiration vient de là. Mais le titre renvoie à un mouvement de taï-chi, à cette rare capacité de laisser les choses se faire.»

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.