«Le coup de Prague» exhibe la face ténébreuse de Graham Greene

Bande dessinéeSur un scénario ultrasolide de Jean-Luc Fromental, Miles Hyman croque le grand romancier anglais dans la Vienne ruinée de l’après-guerre.

Dans un café viennois, Graham Greene questionne Elizabeth Montagu sur le réseau d’espions américains. 
DR

Dans un café viennois, Graham Greene questionne Elizabeth Montagu sur le réseau d’espions américains. DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Au cœur de cette bande dessinée, il y a un film aussi noir que culte: Le troisième homme, de Carol Reed, traversé par un fantôme interprété par Orson Welles. L’écrivain britannique Graham Greene en a écrit le scénario. Le coup de Prague rattrape l’homme à Vienne, en 1948, en repérage. La capitale autrichienne meurtrie et divisée en quatre zones, celles des vainqueurs, est un nid d’espions en proie aux trafics les plus odieux. Elizabeth Montagu, actrice, aventurière et espionne, aussi réelle que Greene, sert de narratrice à cette histoire dont le lecteur découvre vite le double fond. Aucun personnage n’est net.

«C’est une histoire d’espionnage truquée jusqu’à son titre»

Jean-Luc Fromental situe son intrigue: «C’est une histoire d’espionnage truquée jusqu’à son titre, puisque les deux tiers du livre se déroulent à Vienne et que le terme «Coup de Prague» (…) désigne la révolution qui fit basculer la Tchécoslovaquie dans le giron soviétique en 1948. C’est le moment-clé où se déroule le récit: cette «semaine perdue» de Greene, qui, après quinze jours à Vienne pour le repérage de son film, se rend à Prague en toute discrétion sans qu’on sache vraiment ce qu’il va y faire.»

Précisons que le tricot entre la réalité et la fiction débute plus haut. Admirateur du romancier et béton sur lui et sa documentation, le scénariste nous plonge avec délectation dans une intrigue haletante digne du Troisième homme. Les femmes s’y prostituent pour survivre. La vieille aristocratie locale est recyclée en marlous sans scrupules. Les polices militaires (russes, américaines, britanniques et françaises) se tirent la bourre et les agents doubles se dédoublent.

Cuisine des couleurs pour scénario en or

La narratrice, qui nous prend par la main à travers de longs récitatifs, guide Greene jusque dans les égouts de la ville et lui fait rencontrer des personnages-clés. Mais elle ne joue pas complètement franc jeu. Normal, c’est une ancienne de l’Office of Strategic Services (OSS américain, ancêtre de la CIA), que son patron, Allen Dulles, avait installée à Berne pendant la guerre.

Sur ce scénario en or, Miles Hyman, dessinateur et illustrateur américain établi à Paris, réussit une fois encore sa cuisine des couleurs. Dans cette ville froide et neigeuse, il chauffe l’atmosphère par le secret de ses ocres qui condamnent les gris au second plan. Baroques se révèlent ses ambiances, soignés ses repérages, classiques mais habilement rythmés ses découpages. Dans son dessin réaliste, il n’y a guère que les visages des protagonistes qui peinent parfois à la ressemblance. Mme Montagu passe ainsi d’une case à l’autre de la laideur à la beauté. Ainsi va la vie, se console-t-on.

Au bout du compte, le grand auteur dit catholique se révèle pétri de contradictions, infidèle, imbibé, falsificateur et «apôtre de la trahison», pour reprendre l’expression de Fromental. (24 heures)

Créé: 23.04.2017, 10h59

L'album

«Le coup de Prague»

Hyman/Fromental

Aire Libre, 112 p.

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 5

La drague au parlement fédéral (paru le 16 décembre 2017)
(Image: Valott) Plus...