Frida Kahlo en bonne place sur «L’Étagère» d’un fonceur

Exposition Peu importe son inexpérience, le Lausannois Lancelot von Erlach a l’art d’y croire. Il monte sa première expo pour offrir une chance à de jeunes artistes.

Lancelot von Erlach n'a imposé qu'une seule contrainte aux artistes qu'il expose à

Lancelot von Erlach n'a imposé qu'une seule contrainte aux artistes qu'il expose à "L'Etagère": s'inspirer de l'artiste mexicaine, Frida Khalo. Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L’envie de lui demander s’il est vrai est irrésistible, si cette détermination altruiste et altermondialiste dans la réussite existe réellement. Lancelot von Erlach, 26 ans et curateur de sa première expo collective, s’étonne. Totalement habité par le sourire d’un aventurier parti sans aucune balise mais arrivé à ses fins, le Lausannois rétorque: «Vraiment?» Et pourtant, disséminées entre le renard naturalisé, les cactus, les moulins à café ou le flamant rose du joyeux bazar de L’Étagère, une douzaine d’œuvres en témoignent. Découpages, collages, photomontages, compositions sur papier, acrylique. Toutes ont pour germes Frida Kahlo, sa verve diaprée, son exubérant magnétisme, son trouble mélancolique, son pouvoir d’inspiration et… l’envie de l’étudiant en graphisme de donner une chance à l’art et aux artistes qui n’ont pas encore franchi le pas. Cette opportunité qu’il s’est lui-même façonnée parce que «Si on n’a rien à amener au monde du travail, on n’y trouvera rien!»

En troisième année, visant le bachelor de graphiste, il pense immédiatement à dépasser la copie d’étudiant rendue à son prof. «On devait faire un travail graphique avec la célébrité pour base, j’avais choisi Frida Kahlo, parce que c’est une artiste qui m’impressionne. Son physique. Son vécu. Un gros vécu, lourd! Et oui, ça me parle, la scolarité n’ayant pas toujours été mon truc, la preuve à 26 ans, je suis encore étudiant. Mais j’ai eu besoin de prendre un peu l’air avant d’y revenir.» Lancelot von Erlach tenait son affiche, restait à trouver un lieu, il frappe à la porte de L’Étagère – espace communautaire, vivant et vibrant – et des artistes. Alors… Lucien, Matthieu Carrel, Mika, Casual Milk, Marie sont arrivés à lui par les réseaux sociaux. Avec des règles du jeu peu contraignantes, tous nourrissent le même espoir d’en être. Le jeune homme en connaissait certains, il a fait la rencontre virtuelle d’autres et n’a pas hésité à franchir les murs d’inconnus.

«Mark Mestre, je suis son travail sur les réseaux, j’aime ce qu’il fait, ce qu’il a proposé pour l’expo, mais je n’avais jamais vu ce gars!» Il y a aussi Gumo, le tatoueur des bad boys parisiens qui a dit bingo sans hésiter, Gaël qui renvoie d’un coup de ciseau incisif Frida Kahlo à ses démons et à ses origines, M Dangelo déclarant sa flamme à la légendaire Mexicaine avec sa même fièvre ou encore Jordi Terés, le prof de graphisme butinant entre l’hagiographie et l’ambiance du polar ethnographique.

Lancelot von Erlach a fait ses choix en curateur, il les affirme en portant les frais sortis de sa poche d’étudiant – «un peu moins de 1000 francs» – et les assume en homme heureux. «Il vaut mieux avoir le cœur plein que le porte-monnaie, ça valait la peine (ndlr: les pièces vont de 8 fr. une carte postale à 500 fr.) et ma plus belle réussite, je l’ai eue avec un ami hermétique à l’art: il est venu malgré tout, a craqué et s’est entendu avec l’artiste pour régler par tranches. C’est super!» Mais le curateur attend une visite par-dessus tout, celle de sa grand-mère, artiste peintre, qui l’a amené à l’art. Klee. Tinguely. Niki de Saint Phalle. Magritte. «Je suis aussi fan absolu de Soulages. C’est beau, c’est prenant. Quand je l’ai découvert un jour dans une vitrine du Flon (ndlr: celle de la Galerie Alice Pauli), je me suis dit que peut-être je pouvais l’acheter, subjugué, je suis entré mais même en plusieurs fois…»

Créé: 10.11.2017, 09h20

Lausanne, L’Étagère
Jusqu’au 25 nov,
du me-ve (17 h-19 h), sa-di (14 h-17 h)
www.letagere.ch

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 22 août 2019
(Image: Bénédicte ) Plus...