Passer au contenu principal

Les gens de l’ombre font aussi renaître le MCBA

Le Musée cantonal des beaux-arts est porté par la passion et le travail des employés. Rencontres.

Claudine Bergdolt, Laurent Burla, Sandrine Moeschler et Sandro Sciuto (Photos: Vanessa Cardoso)
Claudine Bergdolt, Laurent Burla, Sandrine Moeschler et Sandro Sciuto (Photos: Vanessa Cardoso)
Vanessa Cardoso

Claudine Bergdolt, hôtesse d’accueil, 55 ans

Dans le vaste et majestueux nouveau hall d’accueil du Musée cantonal des beaux-arts, depuis le début de la semaine, Claudine Bergdolt prend enfin ses marques, soulagée après une longue période transitoire. «Depuis la fermeture officielle du MCBA au Palais de Rumine, dès la clôture de l’exposition Ai Weiwei en janvier 2018, on m’a placée dans différents secteurs, de la bibliothèque au secrétariat, explique-t-elle. Sans poste fixe ni endroit pour poser mes affaires, cette étape a été mouvementée. J’étais toujours en vadrouille!» Fidèle employée à la réception du musée, cette mère célibataire a aussi été témoin de nombreuses mutations qui ont rythmé la vie de l’institution. Sans jamais oublier la base d’un métier qu’elle affectionne depuis une trentaine d’années.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.