Passer au contenu principal

Keller expose ses oeuvres au musée Jenisch

L'artiste vaudois Pierre Keller expose pour la première fois une partie de sa collection au Musée Jenisch de Vevey.

Les 225 œuvres exposées au musée Jenisch représentent les nombreuses amitiés que Pierre Keller a nouées avec des artistes de tous horizons. A découvrir dès vendredi.

«Chez moi, j'ai ouvert les tiroirs et je suis tombé sur des pièces que j'avais oubliées», a raconté mardi Pierre Keller à l'agence d'information Keystone-ATS. Parmi les 500 pièces qu'il a collectionnées en plus de 50 ans, près de la moitié est exposée à Vevey, jusqu'au 11 août dans le cadre de l'exposition «Friends etc.»

La plupart des oeuvres sont colorées et géométriques. Certaines ont même été créées sous l'impulsion de Pierre Keller. Il a par exemple proposé à Jean-Luc Manz de réaliser des lithographies.

«La collection est née du fruit de ses amitiés avec de nombreux artistes. Pierre Keller est un incubateur d'énergie», a souligné Fabienne Aellen chargée de la communication du musée Jenisch.

Une première estampe jaune

Le début de l'impressionnante collection de Pierre Keller débute en 1965. Le jeune Pierre fait l'acquisition d'une sérigraphie jaune ornementée d'une lignée de points noirs perforés. L'oeuvre est signée Lucio Fontana. Pierre Keller l'avait achetée près de Gênes, lorsqu'il travaillait à la Galleria del Deposito pour la modique somme de 100 francs. Pierre Keller avait rencontré l'artiste et l'avait vu travailler. Dès lors, il s'entourera d'oeuvres dont il connaît les auteurs et leur méthode de travail.

«On ne s'est jamais pris au sérieux avec les artistes avec lesquels j'ai travaillé. Mais on a toujours travaillé sérieusement», a commenté Pierre Keller.

De nombreuses amitiés

Tout au long de sa vie, Pierre Keller a sillonné plusieurs pays: Italie, Etats-Unis, Pologne. Au gré de ses voyages, il a rencontré d'illustres artistes et a noué des liens d'amitié avec eux. Le sculpteur Marcello Morandini, l'artiste suisse Jean Tinguely et l'Américain Keith Haring comptent parmi ses amis.

Pierre Keller a aussi porté de nombreuses casquettes aussi bien artistiques que politiques. Il a d'abord été graphiste, puis professeur de dessin au Collège d'Aigle et au Gymnase du Bugnon, à Lausanne. Et en 1995, il est devenu directeur de l'ECAL.

«Je me fâche souvent. Une fois, un dimanche après-midi, à l'ECAL, j'ai flanqué par terre toutes les affaires qui traînaient au-dessus des casiers des étudiants», a confié Pierre Keller avec un sourire.

Aujourd'hui, à 74 ans, l'artiste se remet de problèmes de santé. «Je récupère gentiment», a-t-il confié. Pierre Keller qui se définit plutôt comme un brocanteur qu'un collectionneur est toujours à la recherche de nouvelles pièces pour sa collection.

(ats)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.