Passer au contenu principal

Lausanne ouvre ses espaces publics à l’invisible

Collection de treize œuvres virtuelles, la première biennale du genre au monde invite à expérimenter une autre réalité.

A Sauvabelin, le collectif The Curious Minded propose une échappatoire avec sa «Machine à rêves».
A Sauvabelin, le collectif The Curious Minded propose une échappatoire avec sa «Machine à rêves».
VIRTUALE SWITZERLAND

Les contradicteurs… Arthur Clay les attend sans ciller! L’art virtuel s’appuierait davantage sur la technologie que sur un contenu? Il creuserait les fossés intergénérationnels? Sa dépendance aux téléphones portables ou autres tablettes le rendrait aussi banal que n’importe quelle application? L’artillerie n’y fait rien, le curateur de la Biennale Virtuale Switzerland balaie réticences, méconnaissance et interrogations d’un seul mot: le plaisir. L’envie de rêver éveillé, de flotter dans un univers sans substance, de se laisser téléporter dans l’impalpable. C’est ce plaisir que l’artiste fondateur de l’événement entend diffuser en ville de Lausanne, étape de ce grand tour qui a déjà fait halte à Singapour, à Séoul, à Hongkong et à Bâle.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.