Passer au contenu principal

Léonard Gianadda n’a qu’une parole

L’infatigable bâtisseur célèbre ses 80 ans avec un film et une rétrospective de sa vie.

Même devant le Discobole, Léonard Gianadda n'en revenait pas l'année dernière de voir la célèbre sculpture du British Museum dans sa Fondation qui a déjà monté 140 expositions et qui, au 20 août 2015 a accueilli 9'338 921 visiteurs depuis le 19 novembre 1978.
Même devant le Discobole, Léonard Gianadda n'en revenait pas l'année dernière de voir la célèbre sculpture du British Museum dans sa Fondation qui a déjà monté 140 expositions et qui, au 20 août 2015 a accueilli 9'338 921 visiteurs depuis le 19 novembre 1978.
CHANTAL DERVEY

Image vivante de l’obstiné, homme de l’image, Léonard Gianadda a beaucoup parlé après avoir photographié le monde à travers ses âmes, ses nuances, ses tranches de vie. Il a toujours dit ce qu’il pensait, parfois en rugissant, parfois dans un souffle pudique. Franc-tireur, il a donné de la voix parce qu’il a un avis sur tout et… sa voix sur la RTS pour assurer le service après-vente de ses expos. Les montagnes faites pour être escaladées, y compris celle du «four» du premier accrochage à la Fondation dédiée à son frère, il a usé de sa salive pour rallier ses interlocuteurs à son évidence. Pas pour… débattre.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.