Passer au contenu principal

Loïc Le Groumellec explore l’abstraction comme une spiritualité sans fin

De ceux qui pensent qu’on peut faire un même tableau sans jamais se recopier, le Breton revient chez Alice Pauli à Lausanne.

Peintures et sculptures de Loïc Le Groumellec se mêlent dans une même intensité à la Galerie Alice Pauli à Lausanne.
Peintures et sculptures de Loïc Le Groumellec se mêlent dans une même intensité à la Galerie Alice Pauli à Lausanne.
<credit>ATELIER J. BÉTANT, LAUSANNE

Plus de peinture! Fini, terminé, l’arrêt est brutal: signifié par la marque fabriquant sa laque habituelle, il marque aussi le point final d’une réinterprétation du mégalithe qui durait depuis trente ans. Loïc Le Groumellec a dû passer à autre chose, enfin, à presque autre chose. Aux cimaises de la Galerie Alice Pauli à Lausanne où le Breton revient en fidèle pour la quatrième fois, la révolution n’est pas si radicale.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.