Marie Velardi tire un trait plein de sens entre la terre et la mer

ExpositionRiche en accrochages collectifs, le programme du CACY prend aussi le temps de s’arrêter sur une œuvre. Il le fait avec la Genevoise réunissant cinq années de travail.

Exposé pour la première fois dans son ensemble et sa continuité, le projet

Exposé pour la première fois dans son ensemble et sa continuité, le projet "Terre-Mer" a été développé entre 2014 et 2019. Image: Claude Cortinovis / CACY 2019

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Marie Velardi a pris l’habitude de travailler dans le temps, tentant de l’arrêter parce qu’il s’emballe, explosant sur son passage la sagesse contemplative et cérébrale. Elle se bat aussi contre son sablier, fatidique rappel de l’inexorable. Mais surtout, elle devance ce temps qui passe pour avertir le présent, si ce n’est contrarier sa fuite en avant. La douceur éclairée de son regard, sa silhouette de frêle esquif, n’ont donc pas valeur d’indices. La Genevoise invitée au Centre d’art contemporain d’Yverdon (CACY) est de la veine des «archéologues de l’avenir». Son pinceau, ses crayons, sa caméra tracent autant de desseins qu’ils en scrutent, conjuguant sur un même niveau d’importance, l’art et la dialectique.

Militante? Peut-être pas! Mais «sensible» et «concernée», assurément. «À partir du moment où on habite un territoire friable, impossible de ne pas l’être. Comment vit-on cet incertain, ces aléas? C’est une question qui m’intéresse.» Son enjeu insémine donc différents supports. Au Musée d’art de Pully (jusqu’au 7 juillet), son «Book of Possible Futures» met littéralement à plat le temps qui passe dans un chassé-croisé d’empreintes formelles, colorées, linguistiques et factuelles. Alors qu’en habituée des voûtes yverdonnoises – Marie Velardi y avait déjà posé son «Désorienteur temporel» en 2015, cette rafale circulaire de chiffres et de mots – la quadragénaire fait, cette fois, danser ses traits bleus à l’aquarelle sur fond blanc.

Des courbes aléatoires? L’empreinte de nervures ou l’impression d’un battement d’ailes? Peut-être la trace gracile de l’imaginaire, des flux veineux ou alors une effervescence spontanée? Au premier regard, ses «Terre-Mer» s’exposent dans une continuité harmonieuse, mystérieux et presque impénétrables. Le voile esthétique reste mais le verrou saute à la lecture des textes qui viennent en sous-titre comme ces rencontres de riverains de la mer, ces témoignages de la nuit où la digue a sauté, cette colère à la vue de «bateaux immenses, plus grands que nos bâtiments qui traversent la lagune», ces avis de scientifiques recueillis au cours des cinq dernières années. Autant de mots que le trait de Marie Velardi draine sur la feuille et surfile.

Habitudes inversées

Il y a les bleus, les blancs. Des vides, des pleins qui se jaugent et se chassent, exactement comme l’eau et la mer sur une plage, dans un estuaire, ou sur une côte. Accompagnées de vidéos et exposées pour la première fois dans leur ensemble et leur continuité, ces aquarelles en ont la force de frappe. Elles ne disent rien de leur situation géographique mais sont intimement liées à une topographie. Elles parlent du particulier pour aller au général, à l’universel.

«Il est rare, souligne la directrice du CACY, Karine Tissot, d’avoir des artistes qui travaillent si près des scientifiques et qui réussissent à rester dans un travail très personnel.» Marie Velardi s’est approprié la poésie du trait de côte – qui délimite les frontières entre le littoral et la mer sur une carte et permet de suivre l’évolution de ces rivages mouvants – pour les transposer dans une dimension artistique. «Devant une carte, on a l’habitude d’attribuer le bleu à l’eau et les autres couleurs à la terre, ici, c’est l’inverse, ce ne sont pas les masses d’eaux qui sont dessinées mais les déplacements de la mer vers la côte qui apparaissent, note Karine Tissot. Une façon très singulière de rendre visible, l’invisible.» Et… de rappeler dans cette métaphore esthétique, les enjeux écologiques. (24 heures)

Créé: 22.05.2019, 17h55

Infos pratiques

Yverdon, CACY

Jusqu'au 21 juillet

me au di (12h-18h)

www.centre-art-yverdon.ch

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.