Passer au contenu principal

Le MCBA montre enfin ce qu’il a dans le coffre

L’exposition inaugurale plonge dans les réserves du musée vaudois pour tracer un parcours inédit du don.

Catherine Lepdor, conservatrice en chef du musée, présente quatre oeuvres ayant présenté quelques défis techniques lors de leur installation.

Un Soulages historique de 1956. L’impressionnant «Luce e ombra», sculpture de Giuseppe Penone, qui accueille désormais les visiteurs du nouveau musée. Mais encore «Die Rheintöchter, 1982-2013» choisi avec Anselm Kiefer dans son atelier des environs de Paris. Lorsqu’en 2017 la mécène lausannoise Alice Pauli offrait ces trois œuvres au Musée cantonal des beaux-arts (MCBA), le conseiller d’État Pascal Broulis sortait la calculette: «Cela représente quinze ans du budget d’acquisition!» Une enveloppe qui, même avec des ambitions revues à la hausse dans la perspective du nouveau musée, venait de passer des 270'000 francs annuels à 400'000 francs (sur un budget total oscillant désormais entre 8 et 9 millions).

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.