Miroir, miroir, qui dit vrai?

Exposition D’Andy Warhol prédisant 15 minutes de célébrité à chacun à la dématérialisation de l’image, le Mudac traverse le miroir, ses fascinations et ses perversions. A voir et à vivre absolument.

Parfois implacable réalité, parfois illusion, les miroirs sont partout au Mudac.

Parfois implacable réalité, parfois illusion, les miroirs sont partout au Mudac. Image: KEYSTONE

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Kim Kardashian muséifiée? Au Mudac, à Lausanne, avec sa bible de fine gâchette people du selfie? La perspective semblait plus qu’improbable à moins d’une réflexion aussi kaléidoscopique qu’intelligemment balisée sur le miroir. Donc… du reflet de soi et de sa panoplie d’effets miroitant la vie, un esprit d’ouverture comme le temps qui fuit ou alors grossissant le péché d’orgueil incarné par Narcisse. Avec les smartphones et les réseaux sociaux en alerte, inutile de préciser que le mythe frétille plus que jamais, c’est donc en toute logique – mais ce sera la seule concession – que le chasseur grec sachant si bien chasser son image fait l’ouverture de «Miroir, miroir».

On plonge: impossible de ne pas se croiser! A qui la couverture du cultissime magazine de mode Vogue? Un miroir imprimé rend l’opportunité accessible à tous. Dans la même pièce, un compte Instagram s’élève au rang d’œuvre d’art face à un papier peint d’Andy Warhol, pionnier de la saturation de l’espace par l’image et de sa banalisation par la multiplication. C’est dire si dans cette exposition en huit chapitres tournant autour de soi, s’affronter, se voiler la face, se faire voir, les grands noms de l’art contemporain avaient leur place. Warhol, Bill Viola, Pipilotti Rist, Pierre et Gilles, Mat Collishaw ou encore Douglas Gordon sont là. Des pièces emblématiques comme autant de choix forts pour très vite dépasser la seule idée de la contemplation. L’histoire de l’objet, de sa place dans l’architecture ou de son rôle dans l’art, s’invite en discret filigrane – difficile de ne voir la référence aux Epoux Arnolfini de van Eyck se refléter dans la mélancolie faite miroir par Nel Verbeke – mais il est surtout question d’aujourd’hui, de l’inversion récente des paradigmes dans le rapport à notre image.

«Longtemps, l’autoportrait a sacré une fonction, une position. Aujourd’hui on peut devenir célèbre avant d’avoir effectué un travail méritant la reconnaissance, appuie le commissaire Marco Costantini. J’ai voulu ce parcours ancré dans cette actualité et cette nouvelle réalité offrant la possibilité de se voir partout, dans les carrosseries des voitures, les façades miroitantes des immeubles, les vitrines: qu’en fait-on? Chaque œuvre de l’exposition pose un autre aspect.»

Les regards s’affrontent troublant, les miroirs bougent, ils prennent la forme du corps de passage devant eux, on joue; ils manipulent et renvoient une autre image, on se laisse faire! Mais venus des livres de contes avec leur réputation de dire la vérité, ils sont aussi le reflet presque climatique, parfois obscur ou même dramatique d’un savoir ou d’une connaissance du monde. Avec, gravée à fleur, une question sans détour, «Who fears the other?», la Lausannoise Sandrine Pelletier use littéralement de la profondeur de champ de ses verres traités à l’acide. Profondément réflexif, le miroir l’est encore lorsque Mounir Fatmi entremêle textes profanes et sacrés pour interroger le rapport à la représentation avant que la balade en terres non convenues se poursuive jusque dans une dimension plus technologique. Un monde où la reconnaissance faciale permet à un autre visage que le nôtre de mimer nos expressions. Un univers où les smartphones n’ont besoin de personne pour se tirer le portrait avant de le poster sur leur compte Tumblr! Et comme on est dans un musée, là où le selfie devant un chef-d’œuvre est devenu passage obligé, le concours est lancé par le Mudac, à voir lequel de ces miroirs deviendra sa Joconde…


Lausanne, Mudac Jusqu’au di 1er oct. Ma-di (11 h-18 h) Rens.: 021 315 25 30 www.mudac.ch (24 heures)

Créé: 31.05.2017, 09h37

Du musée à la galerie

En parallèle au Mudac, Mobilab présente «Face/surface». La galerie propose un parcours éclectique, des Arts déco au design. «Le miroir est un objet quotidien qui est en même temps mystique. J’ai toujours voulu l’aborder», motive Hérard, fondateur de l’espace éclos sous-gare en 2014. Il aime y présenter les talents qu’il repère ou édite.

La proposition actuelle signe entre autres la suite de sa collaboration avec l’artisan verrier et artiste Matteo Gonet, dont il avait notamment proposé les lustres ballons. Le Romand, qui crée dans son atelier bâlois, poursuit dans la poétique des courbes avec Look at me, goutte géante en verre soufflé et argenté, à poser ou à suspendre, également exposée au Mudac. S’y mirer revient à plonger dans un autre monde. Tout comme regarder dans Ghost, un verre traité aux sels d’argent, offrant, à certains endroits seulement, la clarté d’une glace.

Plusieurs autres pièces ouvrent aussi des univers inédits. Telle la Structure 01 de Daniela Droz, arête réfléchissante en inox poli qui décompose l’espace. Ou New Waves de Raphaël Lutz, à installer au sol telle une mer métallique ou à accrocher. Bosselée de manière aléatoire, la surface «en vague» semble prendre vie lorsqu’on passe à proximité. Avec la proposition d’Adrien Rovero, l’utilisateur se fait encore davantage créateur de l’image, par le jeu d’un mécanisme qui permet de modifier la position de l’objet réfléchissant au gré du temps, tel un cycle lunaire. Intouchable, le miroir l’est encore moins chez Jean-Baptiste Colleuille, qui présente une colonne en chêne avec miroirs portatifs. Quant à Jean-Philippe Bonzon, il renforce l’idée de la portabilité avec ses Reflets, cercles d’acier poli à glisser, tel des pendentifs géants, au bout d’une corde en nylon tressé.


Lausanne, Galerie Mobilab, rue
du Simplon 35. Jusqu’au 31 juillet.
www.mobilabgallery.ch

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.