Et le musée du XXIe siècle sera…

Architecture Au Musée d’art et d’histoire de Genève, une expo explore les nouvelles tendances muséales à travers 16 institutions variées.

Le Zeitz Museum of Contemporary Art Africa.?

Le Zeitz Museum of Contemporary Art Africa.? Image: HEATHERWICK STUDIO

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Construire ou rénover un musée, c’est un peu comme lancer un caillou dans un vitrail. Si ces projets se font souvent dans la polémique, c’est parce que la culture est aussi importante que fragile.» Bertrand Mazeirat est bien placé pour le savoir. L’an dernier, le conservateur a vécu de l’intérieur du Musée d’art et d’histoire (MAH) le refus des Genevois de son extension dessinée par Jean Nouvel. Mais cette exposition, qui décortique en 16 «musées du XXIe siècle» ce que doit ou peut être une institution aujourd’hui, a été pensée bien avant ce vote. Conjointement avec l’Art Centre de Bâle.

D’ailleurs, dans les couloirs de ce vénérable bâtiment «néo-baroque» datant de 1910, il y a d’autres cristallisations déclinées en maquettes, plans, photos et vidéos. Comme le Guggenheim d’Helsinki, pour l’instant lui aussi bloqué. Ou notre Plateforme 10 à côté de la gare de Lausanne qui a succédé à l’échec, dans les urnes également, du projet de Bellerive. Mais

Il y a aussi ces cultures qui tentent de trouver un moyen d’exister malgré le déni géopolitique de certains. Comme le musée du Kurdistan à Erbil (Irak), pensé par Daniel Libeskind et qui attend toujours d’être construit. Ou celui de la Palestine à Birzeit (Irak), dessiné par Heneghan Peng, qui vit beaucoup au travers de sa plateforme digitale. A Washington, l’histoire afro-américaine dispose enfin de son écrin. Les arts aborigènes l’auront aussi dès 2021, à côté de l’antique Art Gallery of New South Wales de Sydney.

Se posent également les questions du financement. «Les premiers mécènes de la Renaissance italienne sont banquiers ou commerçants, poursuit Bertrand Mazeirat. Les cabinets de curiosité étaient des initiatives privées.» La question de la mainmise publique, partielle ou totale, est ainsi venue plus tard. Et, dans le sillage du Guggenheim - l’«effet Bilbao» avec le boom des touristes dans une ville qui en avait peu - et de resserrement de la manne communautaire, elle se repose aujourd’hui. depuis 1993, le nombre de musées dans le monde a été multiplié par deux, passant de 23 000 à 55 000. Chaque année, il s’en ouvre à peu près 300 rien qu’en Chine.

Le privé se substitue parfois au public. Comme au Cap, dans cet incroyable silo à blé transformée par Heatherwick Studio à Londres en vitrine géante pour l’art contemporain africain. Et l’initiative est signée Jochen Zeitz, l’ancien dirigeant de Puma «qui se substitue à l’état qui, en la matière, ne faisait rien.». Autre héritage, menacé dans les steppes soudanaises, par le temps, le soleil, le manque de moyens, celui des Pharaons noirs. Avec du sable local dans son béton, David Chipperfield a offert et construit un musée de 1400 m2 protégeant les ruines de la chapelle d’Hathor et du temple d’Amon, inscrits au Patrimoine mondial de l’Unesco.

Les musées, autrefois concentrés dans les centres-villes, participent aujourd’hui à redessiner la cité de demain, «à la déterritorialiser». Et à faire vivre ou revivre des quartiers parfois délaissés. Ou à requalifier du patrimoine industriel. C’est (un peu) le cas à Lausanne. Beaucoup plus à Oslo ou même en Chine. Et puis, il faut penser au futur. «Je demande toujours à mes collègues quel patrimoine il conviendrait de collectionner aujourd’hui pour le montrer dans deux siècles.» C’est un peu l’idée du China Comic and Animation Museum. A l’intérieur de grandes bulles de bd en 3D accueilleront le manga, le roman graphique, le dessin animé. Dans un futur encore à dessiner.

Créé: 14.05.2017, 17h12

Pratique

Genève, Musée d’art et d’histoire

Jusqu’au 20 août.
Ma-di, 11 h-18 h.
Tél. 022 418 26 00

Colloque les 1er et 2 juin consacré à l’avenir des musées. Avec, entre autres, Chantal Prod’Hom (Mudac, Lausanne), Michel Côté (muséologue), Adrien Rovero (designer, Lausanne) ou l’architecte Daniel Libeskind


www.mah-geneve.ch


Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.