Nestlé fait son nid au Musée Jenisch à Vevey

ExpositionLa collection de la multinationale sort de ses cimaises pour une rare exposition.

Réalisé en 1963, le «Stabile» d’Alexander Calder fait partie des tout premiers numéros à l’inventaire.

Réalisé en 1963, le «Stabile» d’Alexander Calder fait partie des tout premiers numéros à l’inventaire. Image: CHRISTIAN RIIS RUGGABER

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

C’est une histoire à tiroirs que déroule le Musée Jenisch de Vevey, une histoire émaillée d’envies, de résonances, de passions désintéressées, de rendez-vous réussis et d’autres ratés. Une histoire sans fin mais avec un début: le virus de l’art inoculé par Jean Tschumi au moindre recoin du quartier général de Nestlé En Bergère à Vevey.

En 1960 – deux ans avant son décès – l’architecte livrait plus qu’un audacieux volume en «Y» à la multinationale, il lui confiait plus qu’un bâtiment sculpture dont il avait dessiné les contours jusqu’aux cendriers, il inscrivait plus encore que la commande de tapisseries à Jean Lurçat et d’une fresque à Hans Erni dans son patrimoine, il lui insufflait une conception de la vie en entreprise, un état d’esprit. «L’importance des espaces extérieurs et intérieurs permettra d’ajouter d’autres œuvres d’art et il est souhaitable, conseillait-il alors, que cet apport à l’architecture puisse se réaliser.»

«L’importance des espaces extérieurs et intérieurs permettra d’ajouter d’autres œuvres d’art»

Message reçu, mission accomplie! Dans la peau du grand patron, les différents directeurs ont matérialisé leur fibre pour l’art par des achats et, un demi-siècle plus tard, l’écho de l’architecte visionnaire résonne toujours à l’entrée de Vevey: la Collection d’art de Nestlé compte désormais près de 300 pièces. Des Hodler, Tinguely, Giacometti pour les plus anciens. Un balayage très pointu de la scène suisse actuelle avec des Fischli & Weiss, Raetz, Mosset, Manz. De beaux apartés comme ce dessin de Picasso dans sa période bleue. Et, en toute logique, une ouverture avisée sur l’extérieur avec des Sol LeWitt, des Annette Messager, un Warhol, un Calder.

Budget top secret

«Trois cents… c’est modeste en regard des 30 000 œuvres de la collection UBS ou des quelque 3000 numéros à l’inventaire de celle de la BCV», reconnaît la directrice du Musée Jenisch, chargée d’enrichir et de veiller sur le portefeuille des œuvres papier, les grands formats étant accrochés au siège de la multinationale. «Mais c’est l’histoire de cette collection comme les artistes qui la fondent qui font son envergure. Il n’y a jamais eu et, insiste Julie Enckell Julliard, il n’y a pas de stratégie commerciale derrière ces acquisitions. D’ailleurs, Nestlé n’en fait pas un argument de communication et encore moins une entreprise financière.»

Leurs regards priés de se détourner d’œuvres exhalant la violence ou portant un débat trop politique, les directeurs du Musée Jenisch ont le champ libre. On ne saura pas avec quel budget – top secret! – mais ils ont tous pu faire leur marché, cooptant nombre d’artistes dans leur garde rapprochée. Des Alain Huck, Pierrette Bloch qui y ont exposé. Ou, aussi, des Delacroix, Grimm ou Tintoret complétant leur propre fond. «L’ensemble s’étoffe en visant les résonances avec des pièces déjà présentes, mais, ne nous le cachons pas, glisse la directrice, c’est du mécénat indirect. Il est normal que cette belle histoire reflète aussi celle de l’institution Musée Jenisch.»

Deux regards miroir

Succession hétérogène de partis pris, la Collection d’art Nestlé additionne les singularités plutôt qu’elle ne les conjugue. Et alors? Elle parle de passions. D’interrogations. De prises de position. Et n’élude pas celles des artistes sur un géant nommé Nestlé. Le duo suisse Fisch­li & Weiss ne lui a-t-il pas spontanément envoyé un ironique défilé sculpté de femmes cadres si peu tendance dans les années 1990? Ses archives n’ont-elles pas conservé les hésitations de Sol LeWitt quant à l’espace bâti et les démêlés de l’entreprise avec l’OMS avant que plusieurs de ses dessins n’entrent dans la collection en 1989? Le fil rouge n’y est peut-être pas, mais, pour cette deuxième revue de l’ensemble après celle de 2003, le Musée Jenisch s’appuie sur deux piliers: les pièces qui ont vu, commenté ou accompagné l’essor de la société de consommation, et celles qui reflètent la multiplicité des horizons. Deux regards miroir d’une collection globalisée mais singulière, deux guides sensibles à travers la création.


Vevey, Musée Jenisch Jusqu’au di 2 oct, ma-di (10 h-18 h) Rens.: 021 925 35 20 www.museejenisch.ch

Créé: 04.06.2016, 17h19

Mais encore...

300

Le nombre d’œuvres à l’inventaire de la Collection d’art Nestlé. De 1988 à 1990, les achats sont suscités et validés par un comité d’acquisition formé de personnalités du monde de l’art cooptées en Suisse et à l’étranger. En 1994, Peter Brabeck établit une collaboration avec le Musée Jenisch autour d’une collection d’œuvres sur papier conservée par l’institution veveysanne. Les 10?ans de ce partenariat avaient été salués par une première présentation publique de la collection à Vevey en 2003.

Jean Tschumi
Architecte du siège social de Nestlé En Bergère

La collection sait aussi saisir les opportunités rares, elle l’a fait en achetant «L’étreinte», un dessin (27,5è19,5 cm) réalisé par Picasso en 1903.
(Image: CLAUDE BORNAND)

Articles en relation

Dans son nid, Nestlé retrace son odyssée mémorable

Vevey Le Nest, complexe marquant les 150 ans de la firme, s’ouvre au public le 15 juin à Vevey. Visite en primeur. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.