Pierre Christin et André Juillard propulsent Léna dans un dangereux brasier

Bande dessinéeLes deux auteurs retrouvent leur héroïne pour un thriller de haut vol.

Un huis clos tout en nuances pour le troisième album de Léna.
Cliquez sur l'image pour la couverture de l'album dans son intégralité.

Un huis clos tout en nuances pour le troisième album de Léna. Cliquez sur l'image pour la couverture de l'album dans son intégralité. Image: ÉD. DARGAUD

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Dix ans que Pierre Christin et André Juillard n’avaient plus donné de nouvelles de Léna. Apparue en 2006, cette jeune femme capable de mémoriser une interminable liste de noms, d’adresses et de numéros de téléphone était l’héroïne d’une intrigue mêlant espionnage, manipulation et vengeance aux grands enjeux géopolitiques du moment. Scénario subtil, dessin d’un classicisme élégant, les deux auteurs de ce thriller intimiste sur fond de terrorisme apparaissaient au meilleur de leur forme dans «Le long voyage de Léna». Trois ans plus tard, ils récidivaient avec «Léna et les trois femmes», mettant en scène la montée en puissance de l’idéologie islamiste. Un nouveau must.

Amoureux de son personnage, passionné par les soubresauts et les rouages de l’actualité, Pierre Christin savait qu’il n’en avait pas fini avec Léna. «J’avais envie de revenir à cette série, car j’avais l’impression d’être resté au milieu du chemin», explique-t-il dans le dossier qui accompagne «Léna dans le brasier», troisième opus très réussi, en forme de huis clos, doublé d’une réflexion sur les nouveaux visages du terrorisme. Le hic, c’est qu’André Juillard, accaparé par le dessin de Blake et Mortimer, a longtemps dû repousser la mise en chantier de ce nouvel album. Christin, patient, a rongé son frein. «Cela m’a obligé à modifier mon scénario à plusieurs reprises, car je tenais à ce qu’il entre en résonance avec l’actualité immédiate.»

Quand il a livré la première mouture de son histoire à Juillard, Christin a vu ce dernier froncer les sourcils. En cause, une histoire jugée trop statique. «J’ai dit à Pierre que j’avais envie de scènes d’action afin que Léna utilise ses compétences physiques», raconte le dessinateur. «Il a tenu compte de mes désirs: dans l’album, Léna monte à cheval, elle pratique le ski de fond et participe à une chasse.»

Toute de noir vêtue, l’héroïne des deux auteurs joue les grandes coordinatrices dans un hôtel de luxe paumé en pleine nature, au Québec. Alors que brillent les derniers feux de l’été indien, des diplomates de différents pays s’écharpent autour d’un sujet brûlant: le Moyen-Orient. Au cours d’une conférence internationale où se joue l’avenir d’une zone située aux confins de la Turquie et de la Syrie, les échanges houleux alternent avec les pinaillages et les jeux de dupes. Supervisant l’organisation de cette conférence explosive, Léna connaît tout et tout le monde. Chargée des bons offices, elle assume surtout un rôle d’espionne de haut vol, tandis qu’une grave menace plane sur les participants.

Préférant la demi-teinte aux situations paroxystiques, André Juillard dessine son héroïne avec la même délicatesse dont il faisait preuve dans «Le cahier bleu», un de ses albums majeurs. Ses encres de couleur – une merveille – mettent en valeur une mise en page ultraclassique mais jamais statique. Christin n’est pas en reste. Inspiré, tendu, son scénario offre un contrepoint à un autre huis clos entre plénipotentiaires, l’incontournable «Partie de chasse» signé avec Enki Bilal en 1983.

Sortie du brasier diplomatique dans lequel viennent de la faire rôtir ses créateurs, Léna poursuivra-t-elle sa route? Peu probable malheureusement: «Compte tenu de mon âge (81 ans), je ne lui ferai pas vivre de nouvelle aventure… Il a toujours été évident pour moi que cet album serait le dernier», affirme Christin. De son côté, même s’il aime la personnalité, la vulnérabilité et la force de Léna, Juillard ne s’imagine pas continuer tout seul. «Je pourrais imaginer une autre histoire. Mais sans Pierre, je ne vois pas l’intérêt.»

«Léna dans le brasier» Pierre Christin et André Juillard, Éd. Dargaud, 56 p.

Créé: 31.01.2020, 17h31

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.