Passer au contenu principal

Le plasticien Janos Urban suivait la force de l’âme

Décédé la semaine dernière, l'artiste avait attaché le fil de sa vie à l’art tout en faisant œuvre avec l’avant-garde romande.

Janos Urban (1934-2016) a sans cesse fait évoluer son œuvre. Entre 2004 et 2008, il a réalisé une série d'aquarelles en s'inspirant de citations bibliques ou poétiques.
Janos Urban (1934-2016) a sans cesse fait évoluer son œuvre. Entre 2004 et 2008, il a réalisé une série d'aquarelles en s'inspirant de citations bibliques ou poétiques.
DR

Le pressentiment d’une œuvre à venir, à créer multiple, renouvelée à l’infini sur tous supports, Janos Urban l’a eu très jeune dans sa Hongrie natale. Un pays qu’il a quitté déchiré en 1956 pour tenter de reprendre le fil d’une existence en Suisse. Il s’arrêtera à Lausanne, un espoir de sérénité où il vivra rattrapé par les douleurs passées jusqu’à son décès survenu la semaine dernière à l’âge de 82 ans. Il s’y formera avant de passer son savoir, il y fera œuvre de pionnier de l’art vidéo – le MCBA le rappelait en 2014 – et de l’art conceptuel en Suisse romande.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.