Passer au contenu principal

Plein cadre sur les lignes à l'Elysée

Pour l’exposition «La beauté des lignes», le Musée de l’Élysée a puisé dans les 1500 photographies de Sondra Gilman et Celso Gonzalez-Falla.

«The Pale Yellow Cadillac», Sadie, Portland, Maine, 2010
«The Pale Yellow Cadillac», Sadie, Portland, Maine, 2010
CIG HARVEY
«Ossining (People in Summer, NY State Town)», 1931
«Ossining (People in Summer, NY State Town)», 1931
WALKER EVANS / THE METROPOLITAN
«Chez Sondra Gilman et Celso Gonzalez», 2016
«Chez Sondra Gilman et Celso Gonzalez», 2016
AYLINE OLUKMAN
1 / 13

«La lumière et les formes rationnelles sont en lutte, la lumière les met en branle, courbe les droites, ovalise les parallèles, trace des cercles dans les intervalles, rend actifs ces intervalles. D’où l’inépuisable variété.» Cette notation du Journal de Paul Klee pourrait évoquer «La beauté des lignes», la nouvelle exposition du Musée de l’Élysée. Commissionnée par la curatrice Pauline Martin et par Tatyana Franck, directrice de l’institution lausannoise, cette sélection d’environ 140 images a été rendue possible grâce à la collection de Sondra Gilman et Celso Gonzalez-Falla, l’une des plus renommée au monde, forte de quelque 1500 tirages tous «vintage», c’est-à-dire réalisés dans les cinq ans après la prise de vue.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.