Le Pôle muséal se fixe un «Objectif gare»

Exposition En préambule à la pose de la première pierre, le Musée cantonal des beaux-arts, l'Elysée et le Mudac ont imaginé un parcours de découvertes artistiques inédites entre le 5 et le 14 juin.

Trois parcours thématiques et un grand parcours invitent à suivre l'«Objectif gare». Le parcours photo croisera le regard de René Burri.

Trois parcours thématiques et un grand parcours invitent à suivre l'«Objectif gare». Le parcours photo croisera le regard de René Burri. Image: Musée de l'Elysée

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les préliminaires à l’ouverture d’un musée doivent être «pornos», assurait Juan Ignacio Vidarte, grand manitou de la success story du Guggenheim de Bilbao. «Erotiques aussi», tempérait Laurent Le Bon, le magicien qui a fait émerger un Centre Pompidou à Metz. Ceux du futur Pôle muséal lausannois – attendus, espérés, plébiscités après une longue phase dédiée aux aspects architecturaux et financiers – seront «sexy»! «Sexy culturel», précise Chantal Prod’Hom. Dans un souffle sans fin, la présidente du conseil de direction a présenté ce lundi «Objectif gare», dix jours de découvertes artistiques inédites en ville de Lausanne, dans et hors les murs des trois musées qui feront toit commun sur le site des anciennes halles CFF.

Les 82,5 millions du premier volet financés, la première pierre espérée pour cet été, le concours architectural du second chapitre lancé, la cible se précise. «Il est temps d’insuffler du contenu, se réjouit Chantal Prod’Hom. La photographie avec l’Elysée, les beaux-arts avec le Musée cantonal et le design avec le Mudac ont des choses à se dire, on l’a dit et écrit, il est temps de le démontrer.» Restait à trouver la meilleure manière et la plate-forme adéquate pour inoculer le virus «Pôle muséal» aux Vaudois!

Ce sera une exposition gratuite à découvrir du 5 au 14 juin. Et une exposition multisite, en vingt et une étapes, avec un titre tout trouvé, «Objectif gare», clin d’œil à l’album de Tintin Objectif Lune. «On sait qu’il a été édité bien avant qu’on mette les pieds sur la Lune», rappelle Chantal Prod’Hom. En attendant 2018, date espérée pour la première inauguration, les trois institutions promettent d’occuper le terrain de l’enthousiasme. «L’idée, poursuit la présidente du conseil de direction, n’est pas de rester au stade de la séduction, nous avons pris des risques afin de créer et proposer des aventures artistiques. Nous ne sommes pas juste trois musées qui vont cohabiter, nous sommes au cœur d’un réseau.»

Initiatives et créations inédites

C’est ce réseau qui va faire vivre «Objectif gare» sur un parcours symbolique entre l’ancien Musée cantonal des beaux-arts et son futur emplacement. Comme autant d’indices d’une envie de vivre le vertige de l’ouverture d’un nouveau musée, une quinzaine d’artistes, trois collectifs et une galerie vont multiplier les initiatives et les créations inédites. Des ateliers de nu académique ou de portrait, pour les uns. Une boucle qui se boucle, pour l’artiste Sandrine Pelletier, laquelle se propose de compléter la fresque d’Alice Bailly dans le foyer de l’Opéra. La réussite de l’improbable, pour Camille Scherrer, qui va transformer un passage souterrain en espace urbain accueillant. Mais encore… des expositions (la collection BCV dans ses murs, le souvenir des biennales de tapisserie et Félix Vallotton au Musée Arlaud).

Pointu mais ouvert, en équilibre entre le contenu des collections et l’art en train de se faire, le programme d’«Objectif gare» positionne culturellement le futur Pôle muséal. Se répétera-t-il jusqu’à son ouverture? «Ce n’est pas impossible, glisse Chantal Prod’Hom. Cette première initiative – après avoir introduit la possibilité d’un billet commun entre nos trois institutions – est plus qu’un teaser. Nous entamons une phase de création avec l’envie d’aller vers le public, de l’entraîner de la piscine de Mon-Repos à l’atelier d’un graphiste, d’un musée au Cinéma Moderne. L’idée est d’associer le plus de monde possible, de montrer les disciplines qui sont les nôtres.» (24 heures)

Créé: 04.05.2015, 21h36

Pratique

Lausanne, 21 sites
Du ve 5 au di 14 juin
Entrée gratuite
www.polemuseal.ch

Parmi les créations inédites au programme d’«Objectif gare», Camille Scherrer se chargera de transformer le passage souterrain est de la place Saint-François.

Sur le parcours arts visuels, Denis Savary dialoguera avec Vallotton. (Image: MCBA)

Sur le parcours design, le Mudac exposera des vitres de flippers.  (Image: MUDAC)

Le parcours photo croisera le regard de René Burri.  (Image: MUSÉE DE L’ÉLYSÉE)

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.