Passer au contenu principal

ArtLe Prix du Patrimoine vaudois 2019 réactive la mythique Hermes Baby

Les Retraites populaires ont honoré, jeudi, trois projets liés au monde de l'art, dont celui imaginé par Sébastien Mettraux autour de la célèbre machine à écrire.

L'artiste Sébastien Métraux a imaginé un projet d'expositions afin de faire revivre l'histoire de la célèbre machine à écrire Hermes Baby longtemps produite dans le Nord Vaudois.
L'artiste Sébastien Métraux a imaginé un projet d'expositions afin de faire revivre l'histoire de la célèbre machine à écrire Hermes Baby longtemps produite dans le Nord Vaudois.
Jean-Bernard Sieber / ARC

Les Retraites Populaires ont décerné, jeudi soir, leurs prix du Patrimoine vaudois 2019. Tous les deux ans, l’institution soutient à hauteur de 150'000 francs des projets valorisant la sauvegarde et la valorisation de ce qui fait la richesse du canton de Vaud. Après l’agriculture en 2017, ce sont les arts visuels qui ont été mis à l’honneur cette année. Renforcé par l’expertise de Chantal Prod’Hom, directrice du Mudac, le jury a honoré les projets imaginés par deux artistes et par un musée. Trois récompenses ex æquo mais dotée chacune de montants différents en fonction de l’ampleur du budget nécessaire à la réalisation du projet.

Sur la trentaine de dossiers reçus, le comité a eu un coup de cœur pour les douze chevaux grandeur nature imaginés par le sculpteur et graveur Olivier Estoppey. Les animaux se superposeront sur des surfaces transparentes et trouveront place sur la façade d’un bâtiment communal, du côté de Payerne, rappelant que ces bêtes «ont accompagné l’histoire complexe et riche de la région de la Broye». L’artiste originaire de Lucens a reçu 60'000 francs pour permettre la réalisation de son œuvre. La Collection de l’art brut a obtenu, pour sa part, 20'000 francs afin de développer un programme d’audiodescription, permettant un accès permanent à des œuvres majeures de la collection pour des personnes malvoyantes et aveugles.

Jeudi soir du côté du Castel de Bois-Genoud, c’est le projet du plasticien Sébastien Mettraux («Rock Me Baby»), soutenu à hauteur de 70'000 francs, qui a distillé avec le plus de force un élan de nostalgie et titillé la curiosité des 250 invités réunis à Crissier. En fédérant quatre institutions yverdonnoises (le Centre d’art contemporain, la Maison d’Ailleurs, le Château muséal ainsi que la Bibliothèque), l’artiste endosse le rôle de curateur pour faire revivre la mythique machine à écrire Hermès Baby, longtemps fleuron industriel du Nord vaudois et chère à Ernest Hemingway. D’une institution à l’autre, le natif de Vallorbe a imaginé tout un programme qui, d’un lieu à l’autre, déploiera des créations contemporaines, un volet historique lié à ce succès industriel et son histoire populaire, des récits et manuscrits, etc. Tout un programme à découvrir en 2020.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.