«En quarante-huit ans, je n’ai manqué que deux Art Basel»

Marché de l'art Doyenne de la plus grande foire d’art contemporain du monde, la Lausannoise Alice Pauli fait partie des rares galeries à être sélectionnées depuis les débuts.

Alice Pauli rayonne toujours au milieu de «ses» artistes (de g. à dr), Stéphane Guiran, Pierre Soulages, Giuseppe Penone.

Alice Pauli rayonne toujours au milieu de «ses» artistes (de g. à dr), Stéphane Guiran, Pierre Soulages, Giuseppe Penone. Image: CHRISTIAN BRUN

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

enthousiasme des hyperactifs, totalement habités par leur métier, la galeriste Alice Pauli le déploie sans relâche depuis les années 60. Un œil balayant tout ce qui touche à son activité. Une énergie fatiguant les plus jeunes. Et sa perspicacité comme stimuli! Samedi, dans sa galerie du Flon à Lausanne, l’infatigable qui ne dit, ni ne fait son âge n’attend qu’une chose… partir à Bâle. «Deux camions pleins à craquer» l’ont déjà précédée, elle l’annonce en ouvrant la porte, tourbillonne, on dirait qu’il s’agit de son premier Art Basel. C’est son 46e!

Avec la fierté d’être du noyau des débuts, en 1971, autour du fondateur Ernst Beyeler – «je n’ai manqué que 1994 et 1995, mon fils venait de décéder» –, la fierté, aussi, de recevoir année après, le crédit d’un jury refusant plus de 1000 prétendants pour n’en conserver que 291. La fierté surtout de faire valoir ses artistes. Pierre Soulages, le peintre de l’Outrenoir qui vaut désormais 6,6 millions de francs et qu’elle représente à Bâle depuis 1987. Giuseppe Penone, le sculpteur invité à créer pour l’ouverture du Louvre Abu Dhabi et qui vient d’ériger Feuilles de pierre sur une place de Rome. Eux ne seront pas là, mais l’esthète, oui, à l’affût du bonheur des rencontres avec les 100 000 visiteurs attendus jusqu’à dimanche à Bâle. «Des moments très précieux! Mais je crois que les artistes n’aiment pas trop entendre les discussions autour de l’argent, par contre, ils tiennent à connaître le nom des acheteurs. Et, allez savoir, si certains plasticiens ne viennent pas incognito.» Peut-être… mais sûrement pas Anselm Kiefer. Allergique aux foires, l’Allemand avait fait promettre l’année dernière à la Lausannoise de ne pas y emporter l’œuvre acquise à l’issue de sa rétrospective viennoise. Elle est désormais au Musée cantonal des beaux-arts, cadeau!

Alors non, rien n’a changé dans le monde d’une galeriste qui fait autorité depuis plus de cinq décennies, pas même sa réserve. Passionnée mais si économe de ses commentaires personnels, Alice Pauli préfère en rester à cette fierté d’occuper un grand 60 m2 dans le saint des saints de l’art contemporain les six prochains jours. Une 48e édition qui s’ouvre dans un climat propice, le marché de l’art reprend son souffle relancé par les performances des enchères printanières à New York – avec Basquiat entré dans le club très fermé des peintres valant plus de 100 millions de dollars.

Bâle se construit avec les artistes

«Art Basel, ce n’est pas six jours, mais une année de préparation, glisse la galeriste. L’erreur à ne pas commettre, c’est d’y aller deux fois avec la même pièce. C’est très sérieux vous savez, le jury de la foire veille.» Alors Alice Pauli passe commande à ses artistes, même à Giuseppe Penone: «Je l’ai appelé, je lui ai dit, Giuseppe, il me faut une belle pièce pour Bâle, il me fait chaque fois quelque chose de très différent, et au fil de toutes ces années de collaboration, c’est cette capacité de renouvellement continuel chez chacun d’eux qui me frappe et me touche.» Intuitive, la grande dame de l’art a aussi besoin de savoir, alors elle téléphone; elle a besoin de voir, alors elle se déplace, pousse la porte des ateliers à Paris comme à Turin, motivée par ce besoin viscéral de suivre le processus de la création: «Bâle se construit avec les artistes!»

Bâle se construit, aussi, avec l’actualité. Décédé en 1976, Mark Tobey, l’abstrait américain est aux cimaises de la Peggy Guggenheim Collection de Venise pour un hommage et, dans la halle 2 avec Alice Pauli, prévu sur toute une paroi. «Je l’ai connu lorsqu’il a choisi d’habiter la cité rhénane et s’il se réfugiait chez moi à Carnaval, il venait tous les soirs à Art Basel, sur le stand pour l’apéritif. C’était un grand monsieur, je me réjouis de le présenter cette année.» Pour le peintre de la beauté pure, comme pour Pierre Soulages – à 97 ans, l’artiste a ralenti son rythme – la galeriste puise dans ses propres fonds mais garde le secret de son bagage bâlois jusqu’à mardi, 11 heures, l’heure à laquelle les collectionneurs qui comptent sont autorisés à arpenter les 27 500 m2 du plus grand musée du monde à l’abri de tous les regards. «Comme beaucoup conservent leurs possibilités financières pour Bâle, un creuset inégalé de la diversité, certains essaient de savoir, ils téléphonent, mais c’est non! Pensez que je n’ai vu qu’en photo les presque quatre mètres de la sculpture de Penone, à peine terminée, elle a été envoyée directement là-bas.»

Le choc déclencheur

L’inflexible ne l’a peut-être pas vue, par contre, elle a déjà une petite idée de son emplacement futur: «Je sais à peu près qui pourrait l’acheter», souffle-t-elle avec autant de malice que d’expérience. «Ce choc» déclencheur, Alice Pauli le connaît si bien! «Au début, il a rimé avec frustration: j’avais fait Lucio Fontana à la galerie, mais je n’avais pas les moyens d’acquérir. Ensuite j’ai dû vendre pour acheter et, enfin, j’ai pu monter un ensemble mais en laissant toujours la priorité aux autres collectionneurs.» Femme de principe, la doyenne d’Art Basel goûte désormais à la liberté de faire de ses intransigeances une exigence. «Bien sûr qu’on y rencontre des spéculateurs comme de plus en plus de courtiers qui ont pour mandat d’acheter, mais j’ai cette chance de choisir désormais à qui je vends, par exemple, les Soulages.» Le dernier coup de marteau à 6,6 millions pour une huile de l’homme qui peint la lumière dans le noir ne devrait pas faire grimper la fièvre, Alice Pauli en est convaincue. Elle qui sait se tenir hors du brouhaha des records. «C’était une pièce ancienne et comme elles sont rares sur le marché, elles attirent les spéculateurs, d’ailleurs, les miennes, je ne les vends pas.» Mieux… elle donne, le Musée cantonal des beaux-arts de Lausanne peut en témoigner.

Créé: 13.06.2017, 08h36

Claudia Comte installe l'esprit de fête au coeur de la foire

Ce sera à coup sûr l'une des attractions phares d’Art Basel. A la fois œuvre d'art et kermesse, l’installation de Claudia Comte a pris possession de la Messeplatz, la grande place vers laquelle convergent les visiteurs. Car c'est à la Vaudoise – vue à Bex & Arts 2014 avec son HAHAHA et à voir dans la salle d’information du Musée cantonal des Beaux-Arts – auréolée de prix prestigieux et figurant dans le top 50 des créateurs suisses, selon Bilanz, qu'échoit l’honneur d’occuper cet espace privilégié. Son ingénieux et joyeux assemblage invite à venir s’amuser et, peut-être, gagner une œuvre d’art. Il y aura de l'ambiance.

Nous avons rencontré la jeune femme originaire de Grancy et installée à Berlin, sur la place encore en chantier, quelques jours avant l’ouverture de la foire. Pour une semaine encore à l’affiche du Kunstmuseum de Lucerne avec sa plus grande exposition jusqu’ici, la trentenaire étrenne à Bâle sa plus grande installation. La consécration, pour cette artiste accomplie qui sculpte le bois à la tronçonneuse, peint, fait de la gravure ou façonne mille et un objets? «C’est beaucoup de travail, et bien sûr de la chance aussi, un déroulement qui se passe bien. Art Basel, c’est une plate-forme incroyable, un des moments forts de l’art contemporain et la plus grande foire du monde», se réjouit-elle.



Avec ses 60 mètres de long, l’installation de la Vaudoise «NOW I WON» est la plus grande œuvre de cette édition. Claudia Comte/Art Basel 2017.

Mais le podium géant qu’elle a installé sur la place, le gazon, les troncs d’épicéa (provenant d’une forêt à Romont) qui clament NOW I WON (un palindrome) et surtout les stands de jeu (fléchettes, shot bar, danse, bowling, etc.) seront ouverts à tout un chacun. «C’est un projet pour tous les publics, et ce mélange me plaît énormément», affirme la jeune femme qui exprime dans cette installation son amour de la géométrie, de la nature et d’un art qu’elle souhaite accessible et ludique. «Je suis très intéressée par les sculptures qui créent un environnement immersif.» Claudia Comte est une plasticienne, une artisane polyvalente qui fait tout ce qu’elle peut elle-même. Chaque élément de l’installation a été calculé au millimètre près, elle ne laisse rien au hasard.

La Vaudoise travaille avec une petite équipe de cinq personnes dans son atelier à Berlin, véritable PME. Pour l’installation bâloise, elle a amené de Berlin les structures en bois qui abritent les sept stands de jeu. Elle les a elle-même rayées et striées à la tronçonneuse. C’est avec cet outil qu’elle sculpte le bois, son matériau privilégié. Les pièces en marbre de Carrare qu’elle signe aussi sont des copies de celles en bois. «Je les scanne et j’envoie un fichier en 3D à un marbrier à Carrare qui travaille avec un robot. Les techniques modernes sont fantastiques. Il faut travailler avec son temps.» Pour jouer sur les stands de la Messeplatz, il faut acheter une carte à 3 francs. «Les recettes seront versées à Pro Natura», précise Claudia Comte. Les trois meilleurs joueurs, désignés dimanche soir, recevront une de ses sculptures. L’art à la portée de chacun tandis qu’à quelques mètres de là, dans le dédale des galeries, valsent les millions. C’est le grand art d’Art Basel.
Francine Brunschwig

Infos

Bâle, Messe
Je-di (11 h-19 h), ouvert au public
www.artbasel.com

Articles en relation

Le Mudac dévoile ses bijoux à Art Basel

Exposition Le musée du design lausannois donne à voir plus de 200 pièces issues de son fonds et de celui qu’il garde pour la Confédération. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.