«Nous racontons les nouvelles technologies»

PortraitVisite au studio artistique vaudois Fragmentin qui perce à l’étranger et décroche le Prix du rayonnement vaudois 2019.

Partage. David Colombini (à g.), Marc Dubois et Laura Perrenoud. Ici dans leur atelier de prototypage partagé à Renens. DR

Partage. David Colombini (à g.), Marc Dubois et Laura Perrenoud. Ici dans leur atelier de prototypage partagé à Renens. DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Chacun finit les phrases de l’autre. Normal, David Colombini, Laura Perrenoud et Marc Dubois, les trois membres du studio artistique lausannois Fragmentin, fondé en 2014, semblent totalement habités par une passion commune: questionner notre rapport aux nouvelles technologies, à travers installations et objets artistiques.

Tout juste lauréats du Prix du rayonnement 2019 de la Fondation vaudoise pour la culture – aux côtés, entre autres, du réalisateur suisse Francis Reusser qui remporte le Grand Prix –, les trois artistes, issus des bancs de l’Écal, conjuguent à merveille créations personnelles et travaux de commande plus lucratifs au service d’institutions culturelles ( lire encadré). Hyperactif et capable de naviguer entre l’ingénierie, le dessin et la sculpture pour concrétiser une idée, le trio se démarque aussi par sa présence grandissante en dehors du sol helvétique.

Un attachement aux terres natales

Contributeurs suisses à la Quadriennale de Prague en juin 2019 avec leur projet «Artificial Arcadia», ils sont aujourd’hui présélectionnés au prestigieux Lumen Prize de Londres 2019, grâce à «Displuvium». Une installation qui reproduit artificiellement des gouttes de pluie dans un bassin. Autant de fenêtres ouvertes sur le monde qui confrontent le jeune collectif Fragmentin au marché international de l’art. Mais le studio conserve un attachement aux terres natales. «On est très touchés d’avoir été choisis par un jury culturel vaudois, confie David Colombini. On crée plusieurs projets ici, aussi grâce à l’aide du Canton. Et ce prix représente pour nous une formidable marque de confiance!»

L’interaction entre l’œuvre et son spectateur est au cœur de leur démarche. «Avec nos créations, nous désirons réfléchir aux nouvelles technologies, explique Marc Dubois. En proposant un point de vue toujours décalé sur ce qu’elles provoquent.» Ainsi, avec le projet «2199», le trio délivre une installation de réalité virtuelle (VR), qui prend le contre-pied du but initial.

Un smartphone à 45 degrés

«Lorsque la VR est sortie, tout le monde pensait que tout allait être remplacé, analyse Laura Perrenoud. Mais non. Avec ce projet, le but était de faire croire aux participants qu’ils allaient entrer dans un nouveau monde incroyable, grâce au masque de la VR. Mais au final, nous avons cherché à les manipuler, entre autres en leur donnant des ordres absurdes, comme celui de réaliser une chorégraphie devant nous! Nous voulions révéler les avantages et les inconvénients de ces plongées dans des univers parallèles.»

De la même manière, avec «Your phone needs to cool down», le groupe s’est amusé des réactions d’un smartphone enfermé dans une boîte dont la température atteint les 45 degrés. Alors que l’appareil en surchauffe cherche automatiquement des solutions sur internet pour s’en sortir (situation véridique!), d’autres bugs et déformations de l’image surgissent. «Cette température est déjà présente dans de nombreux pays, relève Laura Perrenoud. Et elle ne va pas s’améliorer avec un réchauffement climatique justement provoqué en partie par la surconsommation de tous ces appareils. Il y a vraiment quelque chose d’ironique!»

Enfin, avec la récente «Artificial Arcadia», le groupe s’intéresse à l’impact de l’homme sur les paysages suisses, à travers une installation performative. Un grand drap blanc représente un bout de glacier, mis en forme par des piliers métalliques mouvants. En pénétrant sous le glacier, le spectateur perturbe l’équilibre du glacier et fait fondre virtuellement la glace grâce aux capteurs présents au sol. «Ici, la sensation d’être un acteur du monde est physique, ajoute enfin David Colombini.» L’image est poétique, troublante et provocante.

Lausanne, MCBA. Remise du prix le sa 21 septembre. Expo à la Ferme des Tilleuls, à Renens, du 7 au 10 nov. www.fragment.in

Créé: 06.09.2019, 09h13

INT au service de la médiation culturelle

Le trio d’artistes détient une seconde structure, INT, un studio de design au service d’institutions culturelles, qui développe en ce moment un rapport interactif à la médiation culturelle, à travers le numérique. Plusieurs propositions en découlent.

En collaboration avec l’Élysée, INT a repensé l’audioguide, à travers une voix qui raconte l’œuvre, en fonction du regard du spectateur. «Le dispositif est d’ordinaire statique, analyse David Colombini. Ici la narration est guidée par les mouvements du regard.»

Frustrations

Pour le Mudac, ils inventent une autre façon d’appréhender les objets d’art, avec des répliques miniatures à manipuler en observant les originaux. Une façon d’assouvir certaines frustrations bien connues.

INT présentera sa toute dernière création, en avant-première, lors du week-end d’ouverture du MCBA, sur
le site Plateforme 10, les 5 et 6 octobre.

Un dispositif immersif et interactif qui permettra de naviguer de manière ludique dans les collections digitales du Mudac et de l’Élysée… grâce à la couleur!

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 18 septembre 2019
(Image: Bénédicte) Plus...