Renate Buser révèle l’écho des voûtes yverdonnoises

ExpositionLa photographe bâloise, vue en majesté à Images Vevey sort de sa pratique du trompe-l’œil, pour un jeu double avec les architectures du CACY.

L’artiste bâloise s’est servie de l’architecture du CACY pour créer d’autres formes et faire voir les choses différemment.

L’artiste bâloise s’est servie de l’architecture du CACY pour créer d’autres formes et faire voir les choses différemment. Image: RENATE BUSER

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Avec l’art d’un passe-muraille pour dialectique, Renate Buser a notamment pour habitude de déshabiller les bâtiments, transperçant la façade extérieure pour en révéler l’intérieur. On n’a pas dit leur intensité vitale, ni leur affect! En exposant la réalité impossible, la Bâloise, 57 ans, la manipule pour reconstruire une vision autre, sans renier la puissance critique de la manœuvre. D’ailleurs, ses immenses bâches, vues à Images Vevey, ne recouvraient-elles pas – ou ne découvraient-elles pas – l’ancienne prison (2008), l’hôtel cinq étoiles des Trois Couronnes (2010), ou encore le siège international de Nestlé (2016)?

Les perspectives sont perforantes, les angles cinglants et, à chaque fois, le vide aspire. Ce même petit coup de froid qui saisit en passant la porte du Centre d’art contemporain d’Yverdon, de ce froid qui glace, clinique. Si blanc, si pur comme les imposantes plages de silence laissées par l’artiste entre ses architectures photographiées et tirées en format XXL. Le vide égare les pensées trop rigides, il les décentre; l’œil cherche les pleins, ces lignes brutalistes du bâti des années 50-70 que Renate Buser, artiste régulièrement invitée à créer pour un lieu, aime traquer, de Paris à Londres. Il y a encore ces voûtes en berceau et ces pilastres du XVIIIe siècle, cette pierre jaune d’Hauterive qu’elle est venue photographier in situ avant de réorchestrer leurs trajectoires.

Solidaires dans cette intention de donner un autre écho du réel, les deux séries – la première jamais encore exposée, la seconde créée pour l’exposition – se croisent, claquant l’unité stylistique ou temporelle et neutralisant les intentions architecturales comme les vocations des bâtiments.

Absolument tout concourt au choc des contraires dans cet accrochage jouant l’alternance entre les uns et les autres et… la Bâloise laisse faire! Parce que dans le même temps, en architecte du regard, elle entraîne dans une balade où ces contraires se rencontrent, installés dans une forme de continuité. Le format mais encore le support du papier peint comme le choix impérieux du noir-blanc servant d’intermédiaires complices. Les pensées circulent à nouveau, on se prend à imaginer des histoires hors les lignes de ces architectures devenues des abstractions. Il y a ce pilier, une face sombre, l’autre plus lumineuse, qui s’humanise. Il y a ces colonnades d’impossibles perspectives, et plus encore dans le lieu auquel elles appartiennent pourtant. Il y a encore ces volutes, lesquelles sont prises sous des angles différents et chorégraphient des enlacements illusionnistes, flirtant même avec l’humour.

«C’est à travers mes clichés que je comprends réellement l’espace»

Les formes ont vaincu, l’œil n’est plus captif des lieux et pas davantage de l’enveloppe bâtie, l’esprit est ailleurs… dans la distorsion de la réalité comme dans une éloquence esthétique, libre de poser et de se figurer d’autres desseins à partir de l’existant. «La photographie, c’est ça, assure Renate Buser, donner à voir ce que le regard humain ne peut observer, jouer avec les échelles pour raconter ce qu’il ne peut voir. D’ailleurs, c’est à travers mes clichés que je comprends réellement l’espace et je partage l’avis de Gerhard Richter lorsqu’il dit que sa peinture est plus intelligente que lui, je dirais que la photographie est plus intelligente que moi.» (24 heures)

Créé: 04.12.2018, 10h19

Infos pratiques

Yverdon, CACY

Jusqu’au 3 février
Du mercredi au dimanche (12h-18h)

En décembre, ouvert tous les jours (12h-18h)

www.centre-art-yverdon.ch

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Paru le 13 décembre.
(Image: Bénédicte) Plus...