L’œuvre de Barbara Bonvin voyage à fleur de peau

Un artiste à suivreLe choix de Laurent Delaloye cette semaine.

Image: FLORIAN CELLA

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Les rêves sont le cœur sacré de notre imagination»: cette réflexion affichée dans un coin de l’atelier citadin que Barbara Bonvin - née en 1975 dans le val d’Hérens - occupe depuis 15 ans ne reflète qu’en partie l’atelier intérieur qui l’habite et résume bien ma rencontre avec cette Lausannoise d’adoption.

Travail de fond, recherche du matériau correspondant à ce qu’elle veut exprimer, discours abouti, font qu’il est grand temps de vous la recommander.

Son parcours atypique, hors des sentiers battus, l’a amenée à maturité tout en lui forgeant une carapace de conquérante au cœur tendre. Avec elle, rien n’est jamais définitif, raison pour laquelle ses créations connaissent la relecture, parfois même jusqu’à l’agonie par le feu: «La compréhension de la matière passe par de multiples explorations de transformation. Mes créations trouvent leur langage au cours de ce processus. Lorsqu’une œuvre est terminée (temps «zéro»), je sais pourtant paradoxalement qu’elle est in-finie… et je me réjouis dès lors de reprendre mes recherches. La question de la présence et de l’absence reste centrale dans ma création. Qui est là sous cette peau?»

Pour cette expo solo, les créations de «Under my skin» sont inédites, travaillées pendant plus d’un an à fleur d’épiderme, en tension extrême avec l’envie de dévoiler et le plaisir de taire. Entre une sorte de figuration abstraite et d’abstraction narrative, entre rapport végétal, animal, humain. Gravure, peinture, brûlure, céramique, cyanotype, il est toujours question d’empreinte, de protection comme de caresse: «La peau est cet espace si sensible, premier lieu d’échanges entre l’intérieur et l’extérieur». Evidemment, le temps «zéro» de ses créations ne durera que l’espace de cette mise en scène. Avant de se protéireformer. L’artiste à suivre donc…


Espace ContreContre - St-Maurice, Glarier 14 > sa 29 juin

Créé: 03.06.2019, 15h47

«Epidermia 44031», cyanotype et cire sur papier japon (18 x 24 cm), 2019.

Les finitions se font à la main.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 21 août 2019
(Image: Bénédicte ) Plus...