Vestale, Alice Pauli entretient le feu sacré de la création

Exposition Il y a comme un air de famille soufflant sur le Flon, une famille d’artistes unie autour d’une galeriste passionnée par leurs recherches.

Dans la dernière salle, les sculptures de Christian Lapie dialoguent avec les vibrations de Fabienne Verdier.

Dans la dernière salle, les sculptures de Christian Lapie dialoguent avec les vibrations de Fabienne Verdier. Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Tout pourrait être dans le titre, «Créations 2015», mais il y a bien plus encore pour habiter la sereine élégance de la Galerie Alice Pauli. Il y a comme une force invisible, comme une énergie contagieuse, comme une poésie fusionnelle dans cette exposition collective réunissant huit artistes de la galerie, dont Stéphane Kropf, dernier arrivé dans l’écurie d’une passeuse déterminée: «Ce sont les artistes qui rendent ce métier merveilleux.»

Alice Pauli a rencontré le Lausannois, qui joue avec le vertige et prend la peinture comme une matière paysagère, à travers une autre passeuse. Mais c’est elle qui l’a choisi. Comme elle a choisi les équilibres existentiels du Tessinois Flavio Paolucci, les voyages de plus en plus sensoriels du Français Philippe Cognée, les caresses rythmées dans la matière noire par l’Italien Nunzio. «Tous ces travaux, appuie-t-elle, sont autant de jalons dans l’évolution de chacun. C’est beau, un artiste qui évolue.» Et, sur ce terrain, c’est le Français Stéphane Guiran qui signe la métamorphose la plus confiante, délaissant ses dynamiques calligraphiées dans le métal pour de sibyllines forêts de signes.

D’écritures, il en est aussi question face aux musicalités, aux vibrations, aux fulgurances de Fabienne Verdier, qui, dans la dernière salle, entrent en résonance avec le peuple sans visage de Christian Lapie. Ses géants stoïques apparus l’année dernière dans les jardins de Vullierens ont changé d’échelle. Plus petits mais plus unis que jamais, ils cherchent le ciel dans l’élévation plus que dans l’élongation.


Lausanne, Galerie Alice Pauli
Jusqu’au sa 30 janv, du ma au sa

Créé: 10.12.2015, 11h59

Articles en relation

«L’abstrait, c’est un cœur à cœur»

Exposition Figure de l’art contemporain, Fabienne Verdier dévoile ses réflexions musicales à la Galerie Alice Pauli à Lausanne. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.