Passer au contenu principal

La crise rend le design moins délirant

Meubles moins extravagants et plus fonctionnels, part belle aux produits plutôt qu'aux créateurs stars, pointe de nostalgie: ce sont les grandes tendances du salon du meuble de Milan.

Des cérations du spécialiste du mobilier d'extérieur Dedon.
Des cérations du spécialiste du mobilier d'extérieur Dedon.
Keystone
Les fauteuils Nemo conçus par Fabio Novembre  pour Driade.
Les fauteuils Nemo conçus par Fabio Novembre pour Driade.
AFP
Visiteurs au stand de la marque Kartell, icône du design en plastique.
Visiteurs au stand de la marque Kartell, icône du design en plastique.
Keystone
1 / 9

«Le design doit prendre en compte une crise économique significative (...) qui a entraîné une relecture rendant les produits plus fonctionnels tout en évitant les provocations», explique Marco Romanelli, architecte chargé de décrypter les tendances pour le salon, qui a ouvert ses portes mardi.

Premières victimes collatérales de cette soudaine sobriété: les stars du design, qui bien que présentes en masse doivent laisser au produit le devant de la scène.

Au stand de la marque Kartell, icône du design en plastique, tous les designers prestigieux se contentent, dans leurs vidéos de présentation, de jouer les ambassadeurs des produits.

Philippe Starck présente ainsi les nouveaux membres de la famille «Ghost», sa série à succès de chaises et fauteuils en plexiglas: des tabourets de bar (noms de code: «One more» et «One more please»), des tables basses en forme de glaçon transparent baptisés «Ice» et de nouvelles déclinaisons des chaises classiques en tons pastels ou chromées.

«Les fantômes sortent le soir, dans des bars, ils y boivent un verre, souvent one more et quelquefois one more please», plaisante le designer français.

Pour Marco Romanelli, «l'attention se concentre de plus en plus sur les matériaux», comme dans la série «Bois de Rose» réalisée pour Edra par Massimo Morozzi, qui joue en orfèvre avec les veinures naturelles de ce bois précieux pour redonner un souffle de modernité à la marqueterie.

Sport et nostalgie

Autre symptôme de la crise, l'air de nostalgie régnant ici et là, comme chez Vitra qui réédite des classiques des années 40 et 50 signés Jean Prouvé: du tabouret Solvay au fauteuil de salon en métal gris et bois naturel.

Plus ludique, le gigantesque canapé en forme de fleur en peluche baptisé Aster Papposus: succès garanti auprès des visiteurs qui se jettent dans ses bras.

L'Euro de football n'est pas loin chez Campeggi qui propose un paire de chaises «Lazy football» avec filets de but intégrés entre les deux pieds de devant. Ceux qui préfèrent l'équitation craqueront pour les chevaux à bascule «Rocky» de Mark Newson chez Magis, disponibles en marron, noir ou blanc.

Envie de cocooning? La pagode-tipi remplie de coussins de la marque Dedon vous isolera du monde. Ceux qui cherchent un meuble-sculpture opteront pour le fauteuil Nemo en forme de masque signé Fabio Novembre chez Driade.

Pour le name-dropping, la chaise Mia de Jean Nouvel, disponible en rouge, blanc, noir et gris sera parfaite. L'assise et le dossier sont en aluminium, tandis que la structure est tubulaire. «Mia a une personnalité forte et heureuse, qui garantiront son succès», affirme l'archistar.

Manne pour la ville

Le salon, réservé aux professionnels du secteur, est cependant accessible samedi et dimanche au grand public, qui pourra déambuler dans 1400 stands répartis sur les 150'000 m2 dévolus au salon à la Foire de Milan, un complexe situé en périphérie de la capitale lombarde mais accessible en métro.

En marge se déroulent trois autres manifestations: EuroCucina, le salon des meubles de cuisine (130 exposants sur 27'000 m2), le salon de la salle de bains (170 exposants sur 15'000 m2) et le salon satellite, qui permet à 750 designers dont de nombreux étudiants de présenter leurs projets.

Environ 300'000 visiteurs sont attendus cette semaine, dont 6O% d'étrangers: une véritable manne pour Milan, avec pas moins de 194 millions d'euros de retombées touristiques, auxquels il faut ajouter 150 millions d'euros déboursés par les 3000 exposants du salon et de ses manifestations parallèles.

Salon international du meuble - Jusqu'au 22 avril (www.cosmit.it)

(AFP)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.