Kucholl et Veillon sur scène, «120 secondes» au top

HumourA Sierre ce week end, la version scénique de l'émission vedette de Couleur 3 a tenu ses promesses.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Raclettes à l’entrée, Christian Constantin dans la salle: le Valais était à la fête, samedi soir. Ou plutôt la Suisse, sujet de la conférence organisée par le duo de 120 secondes, qui tenait à Sierre les deux premiers rounds de son spectacle exporté de l’émission radio à succès. Septante représentations sont déjà complètes jusqu’à l’été 2014, pour un total cumulé de 20'000 spectateurs.

C’est peut dire que la pression était forte. Les deux Vincent, Veillon (chemise blanche, appliqué dans son rôle de conférencier) et Kucholl (chemise variable ou torse poil pour peu qu’il joue le hardeux valaisan Stève Berclaz) ont choisi une armature multimédia faite de nombreuses vidéos.

Ne décevoir personne
L’univers de 120 secondes est ainsi doublement respecté. Dans son fond: un ADN didactique, basé à la radio sur des faits d’actu que vient commenter un hurluberlu joué par Kucholl et transposé ici en une causerie par chapitres sur la Suisse, son histoire, ses us et coutumes, etc. Dans sa forme: un hybride de dialogues, de vidéo et d’effets spéciaux. Challenge: rassasier le fanclub de l’émission sans désespérer le curieux venu déguster un pur spectacle d’humour scénique.

Le premier point, le plus facile, est relevé haut la main. Les plus savoureux personnages sont là, malaxés dans des vidéos d’une qualité bluffante (effets de Ramon&Pedro, spécialistes lausannois du genre) ou endossés sur scène par Vincent Kucholl.

Excellents Reto Zenhäusern et Karl Heinz Inäbnit
Le second passe le test malgré quelques longueurs et une dynamique pas toujours égale. Des sketchs excellentissimes (ceux mettant en scène le lobbyiste zurichois Reto Zenhäusern ou le militaire Karl Heinz Inäbnit) contrastent avec des passages plus faibles, où la simple incarnation de figures types de l’émission (par exemple le camé Serge Jaquet) ne compense pas une écriture moins pétillante.

Bien que les habits de conférencier ne permettent pas la plus grande fantaisie à l’animateur Veillon, celui gagnera sans doute en libertés de comédien au fil des représentations. La complicité entre ces deux compères, rompus au théâtre d'iimpro, promet des passes d’armes explosives, pour l’instant un brin contraintes par la pression crispante du triomphe anticipé.

Créé: 05.05.2013, 10h18

Sondage

Etes-vous friand de l'humour de «120 secondes»?





Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.