Lausanne aime la BD mais peine à lui trouver une place

CultureUn très riche fonds patrimonial et le festival BD-FIL donnent des bulles à la capitale vaudoise. Mais pour ce qui est des locaux, c'est beaucoup plus dur.

Ambiance BD-FIL sous la tente à la Riponne: collectionneurs et amateurs tentent de trouver parmi les trésors des bouquinistes l'objet de leurs rêves.

Ambiance BD-FIL sous la tente à la Riponne: collectionneurs et amateurs tentent de trouver parmi les trésors des bouquinistes l'objet de leurs rêves. Image: Philippe Maeder

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Lausanne est-elle une capitale du neuvième art? Pour Dominique Radrizzani, futur directeur de BD-FIL, cela ne fait aucun pli. Le municipal Grégoire Junod et Frédéric Sardet, qui coiffe la Bibliothèque et les Archives de la Ville, parlent d’«un bastion fort». «C’est un lieu qui défend le patrimoine et la conservation de la bande dessinée et en assure la promotion», affirme Philippe Duvanel, qui, depuis neuf ans à la tête de BD-FIL, a tout fait pour que le nom de Lausanne résonne avec «étoiles» dans la tête des bédéastes d’ici et d’ailleurs. Mais capitale, non! Quant au patron de la librairie Raspoutine, Lorenzo Pioletti, il lâche férocement «niet», reprochant au festival de manquer d’âme – «Ici, à 19 heures, on ferme!» – et au fonds d’être ignoré du grand public. Bang!

Reprenons. Il était une fois un grand festival BD à Sierre. On disait alors qu’il se plaçait deuxième derrière celui d’Angoulême, la Mecque européenne incontestée des phylactères. L’aventure, au bout de vingt et un ans, s’est cassé la figure. Patatras! En 2005, Lausanne reprend la manifestation. Elle possédait déjà l’impressionnant fonds de l’actuel Centre BD. Depuis la fusion de ce qui a été constitué par Pierre-Yves Lador, alors à la tête de la Bibliothèque municipale, et les archives privées colossales de Cuno Affolter, ce fonds représentait le Poulidor de la conservation du neuvième art… derrière Angoulême. Wouaouh!

«Il y a des étudiants qui s’inscrivent pour des mémoires et des thèses sur des sujets liés à la BD.» Dominique Radrizzani, futur directeur de BD-FIL

Frédéric Sardet: «Le fonds fournit la base pour un renouvellement du discours à apporter sur la bande dessinée. Ces références patrimoniales sont irremplaçables. Sans elles, aucune étude sérieuse ne peut se faire.» La récente création du GrEBD (groupe d’étude sur la bande dessinée) à l’UNIL, autour de la vice-rectrice Danielle Chaperon et de l’historien de l’art Philippe Kaenel, réjouit Dominique Radrizzani. «Perspectives interdisciplinaires et volonté de mise en valeur: ce fonds doit vivre. Il y a des étudiants qui s’inscrivent pour des mémoires et des thèses sur des sujets liés à la BD.» L’ancien directeur du Musée Jenisch rêve d’une publication qui rendrait compte du foisonnement de la bulle au pays de Gilles. Smack!

Obtenir un soutien de Berne

Mais les moyens restent maigres. Le Centre BD ne capitalise qu’un poste et demi. «Lausanne devrait chercher un soutien auprès de Berne, comme pour la Cinémathèque, avance Philippe Duvanel. Ou auprès d’autres Cantons.» Frédéric Sardet rétorque: «Pour l’Office fédéral de la culture, la BD est un hors-champ.» Et les autres Cantons, malgré tout, bien loin de la Venoge.

«Voilà quinze ans que l’on parle de ce fonds, il faut le rendre public.» Lorenzo Pioletti, patron de la librairie Raspoutine

La future Maison du livre devrait l’abriter et disposer de zones d’exposition, d’un auditorium où Gaston Lagaffe et Largo Winch auraient leurs entrées. Mais l’édifice est accroché au pont – au propre et au figuré – qui est censé relier l’ouest du Flon à Montbenon. Un projet contesté par une gerbe d’oppositions. Grégoire Junod, le directeur du Logement et de la Sécurité publique de la Ville, reste confiant: la Maison du livre verra le jour, comme le tram.

BD-FIL au Romandie

En attendant, la BD bombe le torse ici quatre jours par année grâce à BD-FIL. Lausanne alloue 400 000 francs à chaque édition du festival, presque la moitié de son budget. Du Flon, il a migré à la Riponne. Il exploite le Romandie au mieux, un lieu précaire, une friche sans avenir arrêté. Lorsque c’est possible, il occupe l’Espace Arlaud ou part se réfugier au Mudac ou au Musée historique. «Trouver des lieux reste un problème récurrent. C’est une bataille de chaque édition, déplore Philippe Duvanel. Mais ce n’est pas propre à BD-FIL, c’est pareil à Arles ou à Vevey pour la photographie et pour tous les festivals de bande dessinée.»

«Il faut émouvoir le monde politique afin de ne pas laisser cet art noble ne s’incarner qu’à travers les commerces». Dominique Radrizzani

Dominique Radrizzani souhaiterait dénicher une vitrine pérenne pour l’univers des cases. «Il faut émouvoir le monde politique afin de ne pas laisser cet art noble ne s’incarner qu’à travers les commerces.» Il multiplie les contacts. Il sait que la Fondation lausannoise pour la promotion de la bande dessinée, qui l’a engagé, attend beaucoup de lui. Mille sabords! Et si le festival doit encore migrer, glisser vers Chauderon peut-être, ce sera sur sa proposition.

«Il est effectivement possible d’ici quelques années, déclare Grégoire Junod, que la construction du pôle muséal ( ndlr: à la gare) offre des possibilités de lieux d’expositions près de la Riponne, que ce soit dans l’actuel Mudac, au Musée Arlaud, voire au Palais de Rumine. Ce sont des perspectives possibles à long terme.» Pas avant 2020. Reste que, pour 2015, ni Arlaud, ni le Mudac, ni le Musée historique ne pourront accueillir BD-FIL. Et le Romandie ne devrait pas suffire. A moins de baisser drastiquement le nombre d’expositions, le point fort, reconnu loin à la ronde, du festival. (24 heures)

Créé: 10.09.2014, 07h23

Galerie photo

Les invités de BD-FIL

Les invités de BD-FIL Pour sa dixième édition le Festival international de la bande dessinée de Lausanne réunit des pointures comme Trondheim, Lepage, Poussin et Gotlib

Articles en relation

Plus de 90 auteurs participeront à la 10e édition de BD-FIL

BD Lewis Trondheim sera l'invité d'honneur du festival de BD, du 11 au 14 septembre prochain à Lausanne. Autre exposition très attendue, celle consacrée au maître de l'absurde, Gotlib. Plus...

BD-Fil s’est trouvé un nouveau directeur

Lausanne Le Veveysan Dominique Radrizzani succède à Philippe Duvanel pour la 11e édition qui aura lieu en 2015. Plus...

Infobox

Festival BD-FIL
Du jeudi 11 au dimanche 14 septembre.
Les expositions à l’Espace Arlaud autour de Gotlib, de Poussin, d’Emmanuel Lepage ou de Ruppert & Mulot ainsi que «Périples masculins» sont déjà ouvertes et le resteront jusqu’au 28 septembre.
Renseignements au 021 312 78 10 ou
sur le site de BD-FIL

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 4

Dès la mi-septembre, le parking «longue durée» de la place Bellerive, à Lausanne, prisé des familles, ainsi que le P+R d'Ouchy seront payants les dimanches. Plus de mille places sont concernées. Paru le 22 août.
(Image: Bénédicte) Plus...