«Plouc» autoproclamé à Paris

RencontreItinéraire d’un bourgeois genevois, qui aime se qualifier de «plouc». Catapulté chez les Parisiens qu’il appelle «bobos». Tel est le sujet du nouveau livre de Jean-Noël Cuénod, notre confrère et correspondant permanent à Paris pour 24?heures et la Tribune de Genève.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Ce cadet d’une famille de trois enfants a grandi au Salève, «ma terre». «J’étais le rejeton du juge Cuénod», raconte-t-il par téléphone. Et d’une mère au foyer, lui fait-on préciser. Une enfance «marquée par mon inaptitude à la scolarité, j’étais nul.» Sauf en français et en histoire.

Il commence stagiaire au sein de l’hebdomadaire satirique La Pilule: «L’équivalent du Canard enchaîné en Suisse romande à l’époque». Quand ils n’ont plus de quoi le payer, il part pour la Feuille d’avis de Vevey. Il y couvre aussi bien le Grand Conseil vaudois que les conseils communaux, les procès, les faits divers. Avant d’entrer à la Tribune de Genève en 1977, pour ne jamais plus en sortir.

Des études supérieures? «Oui sous la contrainte du rédacteur en chef de la Tribune, j’ai suivi des cours en fac de droit, où j’ai intégré des notions de procédure pénale et de criminologie.» Longtemps après, il bénéficie d’une formation continue en histoire des religions. «On ne peut pas comprendre l’actualité sans avoir de connaissances en la matière, ne serait-ce que pour le terrorisme, on ne peut pas confondre chiites et sunnites.»

Poète et franc-maçon

Lui-même protestant, il intègre la loge maçonnique de La Constance à Aubonne à 34?ans, «pour développer la spiritualité sans appartenir à une institution dogmatique». L’homme se méfie des Eglises. «La franc-maçonnerie me convient par l’enseignement qu’elle propose et non qu’elle impose.» A Paris, il est rattaché à la loge de la pensée écossaise, sous l’obédience du Grand Orient de France.

Journaliste, mais aussi écrivain et poète.« J’ai été très marqué par la poésie grâce aux cours que donnait le professeur Charles Mouchet, poète genevois.» Jean-Noël Cuénod a publié de nombreux ouvrages de poésie, dont un recueil de haïkus ce mois-ci. Avec sa compagne Christine Zwingmann, danseuse de ballet, il lit des poèmes qu’elle chorégraphie.

L’écrivant prolifique fait aussi partie du mouvement d’artistes et d’amateurs d’art La Peau de l’Ours. «Nous défendons l’émotion artistique, nous sommes contre l’art contemporain marchand, les disciples d’Andy Warhol, Jeff Koons à Versailles.»

Histoire d’une parisianisation

S’il devient correspondant à Paris en 2007, il connaît déjà bien la capitale.«Très jeune, j’y allais en stop. Je dormais à la belle étoile, sous les ponts, avec une préférence pour le pont Alexandre III.» Mais des années plus tard, il comprend la différence entre jouer au touriste et habiter la ville au quotidien.

«J’ai choisi le terme de plouc par autodérision, parce que pour un Parisien tous ceux qui ne sont pas de Paris sont des ploucs.» Pour son premier jour en tant que correspondant, le bizutage arrive à point pour le «plouc»: grève des transports. On comprend le choc pour un Suisse. Il devra battre le pavé pour se déplacer.

Jean-Noël Cuénod se replonge de temps à autre dans la «France provinciale» quand il rejoint sa demeure en Dordogne. «J’y prends des bains de plouc-itude bienfaisants.» Un besoin de «se déparisianiser, c’est essentiel». Le tout saupoudré de quelques allers-retours à Genève pour rendre visite à ses deux fils.

«Si j’étais Français, je serais bien emprunté pour voter», confiait-il récemment sur Léman Bleu. Il n’a pas la double nationalité. La demandera-t-il? «Je ne me suis jamais posé la question.» Il dit ne pas en voir la nécessité immédiate. «Mais j’aime la France, c’est aussi mon pays. Mon pays, c’est là où l’on parle ma langue, donc toute la francophonie.»

Créé: 23.04.2012, 13h17

Bio express


  • 23 décembre 1948: Naissance à Genève.

  • Septembre 1973: Stagiaire au sein de l’hebdomadaire satirique La Pilule.

  • 1974: Feuille d’avis de Vevey. «J’y ai appris mon métier.»

  • 1er janvier 1977: Entre à la Tribune de Genève.

  • Novembre 2007: Devient correspondant à Paris pour la Tribune de Genève et 24 Heures.

  • Avril 2012: Sortie du recueil de son blog, «Quinquennat d’un plouc chez les bobos», et d’un ouvrage de haïkus, «Le Goût du temps».

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.